Nos amis les hommes. 26/03/2015

26 03 2015

Il est des moments cruciaux dans la vie d’un homme (très peu dans la vie d’une femme, d’après un rapport d’Eric Zemmour) où l’histoire en train de s’écrire restera à jamais associée à un instant particulier de notre courte existence en ce bas monde. Ainsi le 11 septembre 2001 j’achetais le dernier Noir Désir à la Fnac (claque prémonitoire : Le Grand Incendie), et le 7 janvier 2015 j’attendais impatiemment le reportage sur la présentation des jumeaux des golios monégasques avant que les deux frères pois chiches ne mettent fin à mes souffrances en perpétrant les leurs. Ainsi, en ce 25 mars, je lisais tranquillement le dernier Musso en faisant caca lorsque Zayn Malik annonça sans détour son départ des One Direction. Et dans ces instants d’extrême brutalité, il vaut mieux être assis pour encaisser une douleur qui fait passer celle des hémorroïdes pour une simple caresse anale à la plume d’oie. Non mais y en pas un peu marre de toutes ces mauvaises nouvelles dans le monde à la fin? A l’heure des visages remplis par l’acné juvénile et des cerveaux vidés par la peste télévisuelle, des millions d’adolescentes ont perdu toute dignité et toute raison de vivre en l’espace d’une seconde, contrairement aux seize autres du vol Barcelone-Dusseldorf qui ont eu huit minutes de plus pour écouter une dernière chanson de ce boys band approxima-tif (ce jeu de mot à eu un prix lors d’un rassemblement régional des meilleurs coiffeurs de France) mais qui donna des idées capillaires aux footballeurs et usa nos oreilles autant que les culottes en coton de nos progénitures déjà sourdes.

Après les pilotes d’hélicoptères bourrés, le pilote d’Airbus suicidaire vient rajouter à la terrible série de catastrophes aériennes qui nous ferait presque aimer la SNCF. Et si les trains pouvaient voler, ce serait encore plus sûr ! Reste la piste terroriste, qui rassurerait tout le monde sur les raisons du crash et alimenterait encore un peu la haine anti islam depuis ce début 2015 tonitruant ! Mais un pilote fanatique aurait sans doute eu le bon goût de s’écraser sur Fréjus (ville FN) ou sur Toulon (ville moche et ex FN) pour venger la mémoire du prophète plutôt que de s’écraser en montagne sur de pauvres chèvres contre lesquelles le Coran n’a pas de courroux ou de rancœur particulière. Un avion qui s’écrase entre deux tours, et l’on ne parle plus de la mascarade électorale où certains ninisent fièrement sans respect aucun pour des électeurs jugés inaptes à faire des choix personnels et sans danger. Au lieu de se remettre en question depuis 2002 et les premiers coups de semonces…Le niveau C.A.P de la politique, même pas foutus de réussir leur éclipse solaire ou de gérer une pollution quasi permanente aux particules fines. Et pour un week-end de métro gratis, on peut repartir de la capitale avec son petit cancer alterné, comme la circulation : un coup les poumons, un coup la gorge. Les Chinois, qui ont quitté Pékin en masse, viennent eux s’y ressourcer comme on va respirer le bon air alpin. Mais ils peuvent s’acheter des hôpitaux en plus de leurs sacs Vuitton et quelques macarons Pierre Hermé.

C’est d’ailleurs dans le cadre d’un atelier du goût que ce directeur d’école isérois testait le palais de ses petits écoliers, les yeux bandés, et pas que…On peut donc être pédagogue et pédophile, même si le monde extérieur n’est pas encore très réceptif à ce genre d’expérience avant-gardiste ! Dans ce dossier, la Picardie et le clergé n’ont rien à se reprocher, ce qui est plutôt une bonne nouvelle dans cette semaine chargée. Qu’on conclura par un excitant France-Brésil. Je me souviens qu’en 98, le 12 juillet, le monde s’était arrêté pendant que Zinedine perforait l’arrière-garde brésilienne (chose que l’on ne voit plus guère qu’au bois de Boulogne). Ce soir, la larme à l’œil, je remettrai une dernière fois « Steal my girl » de One D. en mangeant un Whopper, et en cherchant désespérément du coin de l’œil un remplaçant à Zidane. Pour grandir il faut savoir tuer ses idoles…et bien choisir son pilote.





Ricky Gervais. God.

17 03 2015

Nadav-Kander-prosthetic-makeup-Bill-Turpin-Ricky-Gervais

Venu du stand-up, l’anglais Ricky Gervais a révolutionné l’humour télévisuel avec le concept de « The Office » (mockumentaire) et ses personnages lâches, bêtes et pathétiques. Créant ensuite la géniale série « Extras » sur le quotidien des comédiens, « Life’s too short » sur le quotidien d’un nain arriviste puis « Derek », série touchante sur le quotidien d’un attardé mental en pension de retraite ! Depuis, l’homme est apparu dans « Louie » (Louis CK) ou « Curb your enthusiasm » (Larry David), avec les Muppets ou dans un épisode spécial des Simpsons, dynamitant aussi par 3 fois la bienséance de la cérémonie des Golden Globes ! Son film « L’invention du mensonge » se regarde avec délectation et l’on attend la suite de ses pitreries ailleurs que sur Twitter, où il est ultra présent pour clamer son athéisme et son combat pour sauver les animaux en voie de disparition. Un mec bien.

553612-lifes-too-short

muppets-again-ricky-gervais





Nos amis les hommes. 15/03/2015

15 03 2015

De suppositoire pour les plus enrhumées ou d’émotion pour les plus excitées, 50 nuances de grippes auront laissé quelques traces indélébiles dans les slips en dentelle des ménagères au sortir d’un hiver laborieux mais néanmoins fiévreux. Ces deux événements culturels auront fait quelques ravages collatéraux : 8500 sorties d’un côté malgré les vaccins, 4 millions d’entrées de l’autre malgré les critiques. Le français aura donc passé l’hiver au chaud à attendre une éclaircie réparatrice et la soirée des Enfoirés, que je manquais encore bêtement l’autre soir pour la trentième année consécutive ! En 2016 pour les 30 ans du spectacle et de la disparition de Balavoine, une chanson écrite par Cabrel (Goldman jetant l’éponge après le désastre « Toute la Vie ») : « Les Enfoirés, Tourner les Hélicos ». Tant qu’à battre du vent pour rien, autant surfer sur un sujet porteur et dont le spectateur moyen raffole. Après le chaton qui danse ou le hérisson écrasé, le people qui meurt est le 3e vecteur de larmes aux journaux télévisés. On se souvient que Grégory Lemarchal était devenu l’équivalent d’Elvis Presley une fois mort, son talent décuplé soudainement par les larmes incontrôlables de milliers de jouvencelles en pleurs. Quand c’est un sportif, c’est encore pire, ces derniers étant pleins de vie (contrairement à un banquier ou un fraiseur-tourneur) et de médailles cocardières autour du cou. On se souvient que la disparition de Christophe de Margerie dans un crash aérien n’aura ému l’espace d’un instant que les clients russes de Total, les politiques épris de leur poule aux œufs d’or et par essence, le CAC 40. Et l’on se dit alors que si ce jour-là dans le ciel argentin se désintégrèrent une dizaine de mineurs ou de chercheurs en fossiles, les crevards de l’info en boucle en auraient fait juste un sous-titre entre le foot et la météo du week-end.

Familles effondrées interviewées au réveil, tweets éplorés des proches, images en boucle sur des carcasses fumantes, survivants sommés de s’expliquer, Michel Chevalet en expert aéronaval (après les trains, les fusées, les vibromasseurs ou les typhons) : une indécence morbide deux mois à peine après les remontrances du CSA suite aux attentats parisiens. Pendant que Pascale Clark et Patrick Cohen se lamentent piteusement en public sur la validité de leur carte de presse, on devrait peut-être regarder de plus près au sein des rédactions de BFM, LCI et i-Télé si la déontologie n’est pas partie faire un tour du côté des caniveaux où défèquent déjà les pseudos journalistes de la presse people. Pendant ce temps-là, la France bleu marine et ses gueules de champions sont prêts à enterrer toute trace de dignité dans ce pays aux abois, où la gauche et la droite sont occupées à chasser les punks à chiens de Sivens en s’étripant sur le dossier du nucléaire à Fessenheim. Pour l’avenir, à mon avis, et d’après de savants calculs, si l’on considère que le tsunami de 2004 à fait plus de 220 000 morts en Asie tandis que celui de 2011 n’en faisait que 21 000 au Japon, bien aidé par la centrale de Fukushima, l’énergie éolienne s’avère bien plus dangereuse que le nucléaire pour la survie de l’espèce. Eliminons aussi le gaz, en raison du nombre croissant de dépressifs qui ont une cuisinière au butane, et concentrons nous alors sur le solaire, si EDF et Areva veulent bien se donner la peine d’envisager une énergie à moindre coût, mois dangereuse et moins polluante. Mais avant de finir en steak tartare, le français n’en perd pas son goût pour la gastronomie. Le pays vient de passer au 2e rang des plus gros consommateurs de pizzas, derrière les Etats-Unis, premier en tout ce qui fait mal, alors que les ventes de sandwiches ont fait un bond de 2% en 2014 ! Vue récemment sur des plateaux télé, Loana serait à elle seule responsable de ces chiffres peu étonnants, si l’on considère que les gens n’ont plus d’argent pour se nourrir décemment et que la malbouffe reste la dernière étape avant les Restos du Cœur. Ou encore 30 ans d’Enfoirés à venir. Finalement, le seul à y avoir échappé restant Coluche, ce génie…





Nos amis les hommes, 27/02/2015

27 02 2015

Encore un matin, un matin pour rien. L’effet Charlie vient de se voir englouti par le vomi radiophonique de la nouvelle chanson des Enfoirés, « Toute la vie ». Dans une société à deux vitesses où il était déjà de bon ton de stigmatiser ces salauds de jeunes qui font rien qu’à pourrir l’ambiance en attendant l’héritage du petit pavillon familial et les clés du Kangoo, JJ Goldman le cycliste préféré des français, qui roule sur l’or depuis 15 ans au lieu de faire des disques, ce branleur, est sorti de sa retraite pour livrer cette petite chanson teigneuse et nauséabonde à un parterre de fans réac et rétrogrades qui n’en demandaient pas tant. Lui qui put aller au bout de ses rêves en écrivant de la daube pendant 30 ans, en veut aux jeunes qui fumeraient de l’herbe pour atteindre les leurs. On est contents de voir que M Pokora ou Michael Youn, dont les cibles préférées sont les 10-15 ans, cautionnent ce genre de message, histoire de garder leur place au chaud entre Mimie Mathy et ce bon vieux Mc Solaar dans cette bouillie sonore qui est à la chanson française ce que les Restos du Cœur sont à la gastronomie étoilée. Eradiquer la misère solutionnerait efficacement ce problème annuel, mais il semble que ce soit loin d’être gagné. Tous les enfants de France n’ayant pas des parents millionnaires et rentiers de la Sacem pour les aider à se lancer dans la vie active, c’est vrai qu’il en faudra du courage pour affronter les frimas à venir et trouver des emplois motivants et rémunérateurs que des patrons quinquas et débonnaires détruisent à longueur d’année pour payer les liftings de leurs actionnaires de Floride. Où qu’on accueille comme chez Sanofi avec la petite enveloppe qui va bien, remède miracle d’une industrie déjà milliardaire où l’employé moyen use cependant plus souvent du suppositoire pour se soigner.

C’est d’ailleurs par ces mêmes voies que passera désormais le 49,3, thermomètre en surchauffe d’une politique malade de ses tiraillements et de ses lois indigestes. Pour les autres, profitez bien de la grippe, mouchez-vous souvent, lavez-vous bien les mains et évitez d’embrasser n’importe qui avant le retour du printemps et des pollutions au pollen. Les plus résistants d’entre vous auront la chance d’assister en prime time à l’Apocalypse, prévu pour janvier 2023, juste après la Coupe du Monde hivernale de ces enculés de la FIFA au Qatar, les princes ayant dealé aussi avec les hautes instances divines pour que le spectacle puisse avoir lieu avant l’engloutissement général et le sacre de Paul Pogba. Contrairement aux Oscars, où il fut de bon ton cette année de se calmer sur les Noirs, après une année surchargée (Le Majordome, 12 Years a slave…). Aucun acteur nommé, mais un petit spectacle en live pour se faire pardonner et faire pleurer les afro-américains au son de John Legend et sur les images d’un Martin Luther King qui aurait sans nul doute apprécié les avancées raciales dans un pays où le policier blanc est toujours le plus fort mais dans lequel on peut désormais s’asseoir n’importe où dans le bus. Alors que le mexicain, lui, reprend du poil de la bête depuis 2 ans, n’étant plus seulement l’emblème des cuisines de fast food bondés, mais venant faire la nique à Fincher et Nolan sur leurs terres sacrées de réalisateurs hollywoodiens. Cuaron et Inarittu en maîtres du monde, on prend, en attendant la vague chinoise pour les prochaines éditions. Mais peu importe le réalisateur pourvu que le film soit excitant, pensent les foules féminines venues s’encanailler devant 50 Shades of Grey. 2 millions de spectateurs pour un film qu’on n’aurait à peine regardé sur la 5, à l’heure de YouPorn et de Lars Von Trier, on peut s’interroger légitimement sur la détresse sexuelle de certaines et leur envie d’émancipation par la fessée! Ce qu’il manque clairement à cette nouvelle génération d’assistés ! Il faut voir comment certaines jeunes filles de 22 ans me parlent sur Tinder, c’est indécent.

Souhaitons simplement que cette génération libre, connectée, lucide et insoumise ne passe pas « toute la vie » à devenir des gros cons réacs et parvenus. Et il y a de l’espoir : eux au moins n’ont pas grandi avec Jean-Jacques Goldman comme emblème.





Nos amis les hommes. 17/02/2015

17 02 2015

Il faut avoir passé au moins une Saint Valentin en Thaïlande pour se rendre bien compte de l’incongruité humaine et hygiénique de la soirée la plus hypocrite de toute l’histoire, depuis que le mariage est devenu la norme et l’aboutissement d’une vie réussie, faite de plénitude et de renoncements (à la plénitude) …il n’y a qu’à voir le 15 février comment les gens se parlent chez Ikea pour mesurer leur future cuisine et la distance qui les séparent du divorce. Pour le prix d’une année chez le psy ou chez le sexologue, un voyage au royaume de Siam éviterait donc à Monsieur, une fois n’est pas coutume, de se taper la queue devant l’Hippopotamus ou 50 Shades of Grey plutôt que sur Youporn, avant d’espérer sa récompense annuelle en rentrant tout frétillant au domicile conjugal. Alors que là-bas, avec l’envie de tout et l’obligation de rien, et sans vendeurs de roses pakistanais préalables, une poignée de filles amoureuses aux corps parfaits, à la souplesse légendaire et aux gestes précis rendent cette fête nationale inoubliable, pour peu que l’on ne soit pas allergique aux moustiques et à la citronnelle. La plus jeune d’entre elles, me montrait d’ailleurs sur son téléphone contrefait, une photo récente de Jean-Luc Lahaye, contrefait lui aussi, qu’elle appelait « Papa Chanteur » avec ce ravissant accent approximatif qui illumine les salons de massage de province et incite à reprendre des crevettes.
Je rentrais donc plus léger, du bonheur plein les doigts, pour découvrir l’Europe comme je l’avais laissée : moche et ensanglantée, triste et profanée, salie encore par quelques abrutis idéalistes et encapuchés. Mais l’intégrisme n’est plus à quelques trous de balles près, attirés par les petites sirènes d’un djihad qui ne fera triquer que les impuissants et les empêcheurs de jouir en rond. On leur souhaite, à minima, un cancer de la prostate. Ce que ne devrait pas subir DSK, serein, relaxé par les juges, après l’avoir été maintes fois par des putes. Verdict cohérent et rassurant au moment où les donneurs de leçons en tous genres se voient rattraper par l’affaire HSBC, banque amie des entreprises françaises où fructifiait jadis mon intéressement annuel en même temps que celui du Cartel de Juarez dans une grande partouze monétaire mondialisée, mais aux profits différents selon que l’on se place d’un côté ou de l’autre de la ligne blanche. Des précautions que ne prennent même plus les flics français, récemment boostés par leur nouvelle côte de popularité. American Desperado ressemble à un bouquin de Marc Levy à côté…De l’argent sale, des putes, de la coke, des ventes d’armes en rafale, des prestations surpayées… La vie est bel et bien un film de Scorsese, mais en moins bien. Au moment où l’on apprend au peuple à marcher droit et à survivre avec deux clémentines et un quignon de pain. Mme Lagarde finissant même par exhorter les grecs à payer leurs impôts sans broncher, elle qu’un amendement particulier exonère de toute taxe superflue. On croit rêver. Mais non. Ces gens sont bien réels. Et le peuple ne descend dans la rue que pour des heures supplémentaires ou des questions d’homoparentalité…Ca ira, ça ira…La preuve, voilà qu’à l’heure des économies et des sacrifices persos on nous ressort la carte Jeux Olympiques, histoire de claquer quelques milliards supplémentaires pour que Paris ait le droit à son tour de voir courir des athlètes sous amphétamines et des compétitions de luttes gréco-romaines comme au bon vieux temps où ces peuples de débauchés en toges occupaient leurs ouailles avant de conquérir le monde libre pour mieux l’évangéliser. 2500 plus tard le résultat est assez ébouriffant. Les croisades ont repris de plus belle et le chaos s’est installé partout, sauf au Liechtenstein, où il fait bon vivre.
Un mois plus tard, que reste t-il de la folie Charlie Hebdo finalement ? Des emmerdes disent les musulmans, des surstocks disent les buralistes, de l’espoir dit Marine Le Pen. Tout le contraire de l’effet espéré. Le monde a vite besoin d’un autre dessein. »





Gratulations !

11 02 2015

17 000 vues sur Toilette Intime, c’est un peu moins que les vidéos de lapidation, d’immolation, de lynchage, de décapitation ou de lancer d’homos du haut d’un immeuble qui anoblissent l’Internet et ambiancent vos journées moroses, mais tout de même. Certes nous n’avons pas la prétention d’être aussi drôle et léger, mais c’est bon de se sentir soutenu à l’heure où certains meurent de rire sans faire exprès.

Merci à tous de votre fidélité. Faites tourner. C’est gratuit.

(Pour les dons je vous glisserai l’adresse de mon compte HSBC, moi qui rêvais d’une banque qui ne me prendrai pas que pour un con, je suis servi).

Caresses.

GAD-lcl





Nos amis les hommes, 2/02/2015

2 02 2015

Je préparais ma valise en vue de mon déménagement prochain au Groenland, dernière destination mondiale où la folie des hommes n’a pas encore tout dévasté et où l’on peut rire de tout, au nez et à la barbe de l’Inuit qui a un humour encore plus limité qu’un salafiste, mais pas de kalashnikov. Je pourrai alors, loin de tout malentendu, critiquer le père Noel, caricaturer les rennes sans que les rois de la banquise ne s’en offusquent, sucer des Esquimau sans heurter la sensibilité de ma voisine catholique et néanmoins portugaise, me faire des moufles en peau de bébé phoque pour pouvoir, dans mes longues nuits solitaires, me tripoter avec en pensant à Brigitte Bardot jeune, les yeux pleins d’étoiles et d’aurores boréales. Tel un iceberg plein de CO2, je me fondrai alors dans le paysage, heureux, enfin.

Entre deux avalanches et une catastrophe front national, le français se réveille, fier comme un coq et dur comme un taureau, mais plus que d’habitude : ce matin il est champion du monde. Alors qu’il mangeait juste des knackis devant la télé. Et puis le handball c’est quand même autre chose que tout ces parvenus mal élevés du foot qui n’ont de qataris que les chèques. Quand on voit cette équipe bigarrée du Qatar chanter son hymne national la main sur le cœur (et un sabre dans le dos), ça donne envie de baffer Benzema et de prendre illico la nationalité du roi Hamad ben Khalifa al-Than, cet homme accablé qui eut le malheur de se voir offrir par ses trois épouses seulement 11 garçons, pour 13 filles, sa race la maudite, dont la grande majorité ne connaissait même pas l’existence d’Ibrahimovic ou les effets dévastateurs de la roucoulette. Nul n’étant prophète en son pays, c’est donc la France qui vit sa victoire se dessiner en terre hostile pour un cinquième titre légendaire, alors même que les frères Karabatic avaient parié sur une victoire qatari en finale. Les joueurs adverses, eux, sont passés à côté d’une villa, d’une Maserati, d’1 million de dollars et pas loin de la crédibilité dans leur implication mercenaire à l’amour du maillot.

Et s’il y en a un qui ne plaisante pas avec le patriotisme et les mecs en djellaba, c’est bien le spectateur moyen de football américain ! Déjà passablement remonté et motivé dans son américanité (ses parents sont irlandais et porto-ricains) par le dernier film de Clint Eastwood où un héros de la nation, sniper professionnel, dégomme du bougnoule à longueur de pellicule sous les vivas de la foule en délire pour leur apprendre les bonnes manières, le voilà chaud bouillant sur son canapé à crédit devant la grand-messe annuelle du Super-Bowl. L’équivalent français étant un match de rugby Toulon-Clermont, avec les Enfoirés qui chantent à la mi-temps après quelques pubs LCL de Gad Elmaleh et la bande-annonce du prochain Dany Boon. Des millions d’américains auront donc pu découvrir cette année Lenny Kravitz, ce chanteur qui fit plus pour la renommée du King du Falafel rue des Rosiers que pour celle du rock au pays de Bryan Adams. Les Patriots ont gagné, l’honneur est sauf et le monde peut retourner à sa grisaille et sa banalité pour une année supplémentaire. Un monde plus sûr cependant, où chaque enfant de 8 ans pourra se retrouver au poste pour propos déplacés. J’ai d’ailleurs dénoncé le mien l’autre jour car il faisait l’apologie de Maître Gims sur Facebook ! Plus sûr sur les routes (on devrait interdire tous types de véhicules à moteur d’ici 2050) et plus sûr chez soi, avec l’installation des détecteurs de fumée, invention salvatrice qu’une amie proche, qui a le feu au cul, refuse pourtant d’installer. Plus sûr enfin dans les affaires d’état. Mais au moment où s’ouvre son procès, DSK ne serait-il finalement pas le leader idéal à la tête de ce monde de putes ?








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 172 autres abonnés