Nos amies les femmes. 20/10/2017

Doit-on blâmer Dieu, qui devait se faire cruellement chier en ce 6e jour de création artistique pour  inventer ces deux créatures diaboliques autant qu’hystériques, alors que tout était relativement calme sur cette Terre fraîchement lâchée à l’appréciation de Darwin et autres farfelus qui la préféreront plate. Comme cette femme, et cet homme qu’il dessina à son image. Soit. On peut donc se poser légitimement la question de l’apparence physique du créateur le plus célèbre devant Steve Jobs : le fait qu’il soit transgenre pourrait donc résoudre pas mal d’interrogations modernes et soulager enfin Christine Boutin et Eric Zemmour sur la théorie du genre. Bizarrement, la Bible et les autres manuels de bienséance religieuse restent assez évasifs sur le sujet.

Depuis que la femme a eu 2 seins et une mini-jupe en peau de mammouth, et que l’homme a eu envie de jouer avec parce que les troncs d’arbres commençaient à lui filer des irritations, elle n’a pas attendu la démocratisation de l’éjac’ faciale pour en prendre plein la gueule. It’s a man’s man’s man’s world chantait James Brown avant d’être arrêté pour violence conjugale. Un parmi tant d’autres. Ou quand le pouvoir, l’argent, l’arrogance mâle mais aussi la drogue, l’alcool et le PMU, ajoutés à une enfance souvent  violente conduisent certains à se comporter comme aucun animal n’oserait le faire. Juste pour se donner une contenance et se sentir vivant.  Contrairement à certaines de leurs victimes. Il faudrait donc enfin blâmer toutes les religions pour avoir fait des femmes des objets honteux et dépourvus d’âme, pour les avoir déguisées en sorcières et obliger à se plier à toutes les volontés masculines, leur donnant réconfort et enfants, afin que leur lignée d’enculés héréditaires  perpétue à leur tour cet héritage couillu.

Le harcèlement existe depuis que l’homme s’est normalement senti supérieur à la femme. Physiquement, intellectuellement, moralement ou spirituellement. Ce devait être le même jour où l’homme, blanc, s’est senti supérieur à l’homme noir, jaune, beige ou vert pour les mêmes raisons. Les religions ont créé des frustrations, qui ont créé des déviances, qui créent des perversions et des comportements banalisés par des années d’obscurantisme, de sketches de Bigard, de Patrick Sébastien ou de blagues raffinées de Cyrille Hanouna. Même si l’on peut blâmer certaines, prêtes à s’avilir pour s’offrir une carrière, parce que les « études tu comprends, je suis moins forte à l’oral », on n’excusera jamais qu’une main au cul ne soit pas un problème ou que certains le regard torve, dévisagent certaines comme de simples morceaux de viande. Face à leurs propres peurs, maladresses ou impuissance, face à un manque cruel d’idées et de vocabulaire, la violence est la réponse des lâches et des abrutis congénitaux. Dans son infinie beaufitude, l’homme n’a jamais supporté qu’un boulon ou qu’une femme ne lui résiste. Alors qu’il faut parfois un peu de patience et de doigté.  Ou demander gentiment. En 2017, certaines vont donc pouvoir enfin l’ouvrir pour de bonnes raisons, Mr Weinstein aura au moins servi à ça (et à lancer la carrière de Tarantino !). Puisse cette parole devenir un symbole de liberté et d’égalité, et pas que dans les métiers artistiques où l’abus de pouvoir est légion. Même si certaines auraient mieux dû choisir leur harceleur, au vu de leur carrière…La prochaine étape, bien plus longue et bien plus éloignée d’Hollywood, consistera peut-être à ce que chacune, aux quatre coins du monde, puisse enfin, à un âge décent où l’on n’est plus censé jouer à la poupée, choisir ses fringues, son métier, ses loisirs, sa sexualité, ses méthodes de contraception et avant tout son mari…

Publicités

AFFICHE TOILETTE INTIME, saison 2017/2018

Il y a un an, je montais pour la première fois sur une scène de Comedy club, dans l’espoir saugrenu de faire marrer des gens avec des blagues tordues et des réflexions colorées sur la noirceur du monde. Quelques uns ont ri, d’autres ont pouffé, et certains pas du tout. Mais j’ai aujourd’hui quelques certitudes, beaucoup de doutes, surtout une envie et un plaisir non dissimulé à aller au bout de cette aventure. Merci à tous ceux qui ont contribué à ce parcours et qui y ont cru. Et pour tous ceux qui voudront partager cette intimité, voici l’affiche officielle (big up à ©Emmanuelle Firman et Jérôme Granjon) et les 2 premières dates officielles du spectacle dans son intégralité. Je fournis les cotons-tiges. Au plaisir.

Les premières dates ici:

– Cafe-Theatre Ailleurs a Vienne le 24/11 (21h)
– Le Complexe du Rire à Lyon le 19/12 (20h30)

AFFICHE_WEB

Billets en vente sur billetreduc.com !

Be Bop A Lula . 13/07/2017

Parfois, alors que la vie nous sourit comme un enfant normal acceptant un bonbon d’un prêtre lyonnais,  une partie de nous se brise soudainement, comme un iceberg géant se détachant de la banquise pour aller s’écraser sur l’Argentine et engloutir les derniers espoirs de corruption de despotes sud-américains. Ainsi donc, sans prévenir et avant les soldes d’hiver, Colette va fermer son concept store, mettant une population parisienne à la rue sans plus de ménagement qu’un CRS Porte de La Chapelle. Où pourrais-je alors trouver cette eau minérale pétillante des steppes de Mongolie à 38 euros le litre ou acheter un hand-spinner Vuitton plaqué or pour faire une blague à mon neveu Dimitri, qui en plus d’avoir un prénom ridicule a aussi perdu ses doigts à cause de l’explosion de son vapoteur diesel. Il a déjà les moufles Kanye West du coup…C’est si compliqué de leur faire plaisir à cet âge. Le mauvais goût va donc encore triompher.

Et ça tombe bien, Donald Trump vient d’arriver en France. Dans un pays qu’il trouve aussi triste que le Dakota du Nord et où les dangereux habitants promènent leur liberté et leurs bichons sans armes, Rouquemoute 1er va pouvoir commémorer la guerre, sans laquelle il n’y aurait pas de paix durable, d’entreprises florissantes et de peuples dociles. Quelqu’un a-t-il déjà entendu un japonais se plaindre depuis Hiroshima ? En espérant donc que le président se liquéfie lentement au soleil parisien pendant qu’il regardera voler des avions dont les prix indécents pourraient nous aider à payer des écoles plutôt qu’à bombarder celles de peuples déjà bien opprimés. Peut-être pensera-t-il alors à ce bout de banquise, qui au-delà de solutionner son problème mexicain pourrait aussi lui rafraîchir les idées sur les conditions climatiques démentielles qui ravagent en eau ou en feu une bonne partie de la planète depuis des années ? Peut-être pensera-t-il à cette mère lorientaise et prévoyante qui congela ses trois fœtus pour leur éviter des coups de soleil certains ? Peut-être pensera-t-il à la disparition prochaine de tous ces animaux dont la diversité fit un temps la réputation de la planète Terre ? Mais il y a de grandes chances qu’il s’en foute comme de ses 18 premiers trous. Sûr qu’un 14 juillet au Golf Club de Miami, serait plus en rapport avec ses compétences historiques.

En attendant que Froome ne déboule ici les mains dans les poches après un énième Tour de France plein de suspens, alors que les français n’en peuvent plus de joie à l’annonce d’Olympiades hors de prix qui viendront compenser dans nos budgets la baisse de la taxe d’habitation, à l’heure où les footballeurs moyens s’épanouissent dans le championnat turc, à l’heure où les niçois commémorent le retour de Christian Estrosi, à l’heure où Bolloré réclame des dommages et intérêts au CSA pour avoir sanctionné Hanouna, à l’heure où Christine Angot s’apprête à devenir encore plus détestée qu’Hanouna, à l’heure où le tube de l’été n’a plus l’exclusivité de la musique de merde (c’est toute l’année désormais), à l’heure où le jazz a 100 ans, je vais me mettre un bon vinyle de Nina Simone, boire deux ou trois mojito, manger une plaquette de Xanax et m’endormir devant un vieux film italien. Réveillez-moi en octobre, quand il fera plus frais.

 

 

 

Avoir des couilles.

Big up à tous les annonceurs qui ne veulent plus être associés à l’émission d’Hanouna suite à ses sorties de gros beauf homophobe. Mais il serait tellement plus courageux d’accepter enfin de montrer également des gays (et des gens de couleurs) dans vos spots de pub désespérément blancs et hétéros !

Et s’il peut l’avoir une bonne fois dans le Baba…