Nos amis les hommes. 30/09/2013

Ah pétillante Belgique, terre de contraste houblon et bruns font bon ménage, où wallons rougeauds et flamands roses partagent leur haine ancestrale et leur passion des moules en buvant plus que de raison. Ce plat pays qui ne sera le mien pour rien au monde, mais qui donna à l’auditeur français quelques unes de ses plus grandes plumes, de Jacques Brel à Plastic Bertrand, de Lara Fabian à JJ Lionel (La Danse des Canards), qui offrit au cinéphile ses plus beaux acteurs comiques, de Benoit Poelvoorde à Bouli Lanners, de François Damiens à Jean-Claude Van Damme. Cette contrée hospitalière où le Picard se sent comme chez lui quand il va aux putes ou chercher du pain parce que les miches sont plus attractives de l’autre côté de la frontière. Cette nation pluvieuse enfin, où l’enfance et la brique rouge se désagrègent tranquillement sous le poids des coups et de l’ennui, mais qui sut donner à la pédophilie mondiale ses lettres de noblesse. Quel ne fut pas d’ailleurs l’étonnement du jeune Brandon alors qu’il chantonnait sous sa douche le succès de la vedette locale Stromae, « Papaoutai, papaoutai », quand ce dernier lui répondit : « Dans ton cul ! ». Une bien vilaine histoire, qui nous rappelle que ce genre d’évènement déplorable peut se dérouler à Maubeuge ou Clermont-Ferrand (villes qui regroupent toutes les caractéristiques pour être rattachées à la Belgique) à partir du moment où le quotient intellectuel d’un pneu est plus élevé que celui de certains couples autorisés à avoir des enfants. Et malgré un prénom à faire frétiller bien des pervers, ce n’est pas la petite Fiona qui dira le contraire !
Mais peut-on réellement s’attarder sur ces faits divers alors qu’un Burger King ouvre à Paris ? Bien utile pour patienter entre deux grèves à la SNCF, l’arrivée d’un nouveau pourvoyeur de cholestérol permettra au moins à certains acharnés de ne plus prendre l’autoroute A4 vers Reims ou l’avion pour Marignane à la moindre envie inopinée de se taper un Whopper ! Et rien de tel qu’un repas américain de qualité pour accompagner le retour tout aussi léger de « Danse avec les Stars » sur TF1. A l’heure où Manuel valse, on pourra enfin prendre des nouvelles de l’humoriste Titoff, de notre ami Keen V, ce zoukeur normand qui ferait passer Bigard et Sebastien pour des poètes romantiques, ou de la petite Alizée dans laquelle certains avaient mis beaucoup d’espoir, à défaut d’autre chose, la lolita étant mineure à l’époque. On suivra donc avec attention les performances de nos champions préférés. Mais dans un concours de ce prestige si la meilleure c’est Tal, quel sera le niveau des moins doués ?
Tous ces piètres chanteurs que la télévision recycle depuis des années dans ces programmes prémâchés pour spectateurs avachis nous poussent au moins à comprendre pourquoi le métier de disquaire tend à disparaitre depuis l’apparition des télé-crochets en tous genres. Plus besoin de grands spécialistes en effet pour arriver à fourguer des barils de Grégoire ou de Christophe Maé, des chariots de Prêtres ou de Luc Arbogast pour un Top 50 qui nous ferait presque regretter Marc Toesca et les années 80 ! Les grands stratèges du commerce de masse ayant déjà réussi à enterrer Virgin, s’en prennent désormais à la Fnac où les vendeurs spécialisés s’étiolent entre deux caisses à ranger et des centralisations à tout va. L’arrivée des aspirateurs et, on l’espère d’un rayon tondeuses à gazon (qui n’a pas rêvé d’en acheter une pour couvrir le bruit du dernier Céline Dion acheté par Madame), devrait cependant relancer l’enseigne au moment où l’industrie de la musique est sur la voie du redressement (merci Daft Punk et Stromae ) ! Mais si les métiers de la culture étaient tenus par des génies plus que par des actionnaires sourds, Richard Hawley serait aujourd’hui invité chez Laurent Delahousse, Elliott Smith, Vic Chesnutt ou Mark Linkous sortiraient encore des disques et les boys band se limiteraient aux animations des parcs Disney ou aux anniversaires dans les hôpitaux psychiatriques. Heureusement arrive bientôt un nouvel album d’Arcade Fire, groupe le plus passionnant du moment et un nouveau disque de Bertrand Cantat qui devrait avoir le mérite de montrer où se situe le niveau des conversations en France, certains ne faisant pas la part des choses entre l’art et la vie privée, mais continuent d’écouter des disques produits par Phil Spector. Même si ce n’est pas la claque annoncée, on partira du principe que chacun a droit à une seconde chance, de Bernard Tapie à Sarkozy, de Patrick Dills à Sophia Aram, Cantat essayant lui de retrouver un peu d’humanité en faisant ce qu’il sait faire de mieux : des chansons. Avec dignité, « droit dans le soleil ».

Publicités

Nos amis les hommes. 17/09/2013

Les feuilles mortes et les vieux maladroits se ramassent à la pelle sur les trottoirs glissants d’un automne précoce, alors que le pakistanais ressort son kérosène pour son petit réchaud à marrons. Jamais content, le travailleur français découvre le montant de ses impôts et gueule par principe, alors que le chômeur attend patiemment de pouvoir faire sa première déclaration plus que tout au monde pour hurler son bonheur de salarié à la lune! Heureusement, chez Apple on sait calmer les douleurs et les ulcères du contribuable chahuté par tant de violence sociale. Ainsi, contre un chèque de 600 euros, l’usager pourra enfin voir la vie couleur pastel avec son nouvel iPhone et aborder sereinement une fin d’année résolument 4G, passeport technologique obligé vers la félicité et le téléchargement illégal confortable. Et pourquoi lésiner sur un forfait doublé alors que chacun pourra désormais envoyer des vidéos de chatons facétieux deux fois plus vite ou écouter sans coupures le dernier tube de Grégoire en sortant du Mc Do ? Chaque jour que Dieu fait ne nous rapproche t-il pas du bonheur absolu? Chaque jour que l’homme défait ne nous rapproche t-il pas du suicide ? Heureusement que l’arrivée de GTA V dans les foyers modernes et dûment équipés allait pouvoir permettre à chacun d’entre nous d’exhumer haine et violence accumulées quotidiennement au bureau : des nuits passées à écraser des piétons innocents, casser des voitures de luxe et éradiquer des tchétchènes à la Kalashnikov afin de retrouver un peu de sérénité intérieure et éviter ainsi de finir dans les rubriques honteuses « faits divers » ou « drame familial » en s’en prenant à ses enfants !
Aux Etats-Unis, où l’on vise toujours l’excellence (à défaut de la tête), une nouvelle tuerie vient de faire douze morts au siège de la Marine nationale. C’est le pompon ! Qu’on s’en prenne à des enfants, des civils, ok, mais à des militaires !! La NRA fera-t-elle enfin machine arrière ? Obama réussira-t-il à endiguer tout ça en envahissant la Syrie ? Qui jouera à la mi-temps du Super Bowl ? Miley Cyrus doit-elle être brûlée vive pour sorcellerie (l’écartèlement semblant plus une récompense qu’une punition) ? Pendant que l’Amérique n’en peut plus de ces questions existentielles, le Colorado prend l’eau, énième catastrophe dans un pays qui attend désormais l’arrivée imminente d’un nouvel album de Britney Spears ! Ah qu’il est bien loin le temps du grand rêve américain prôné par nos conquérants ancêtres : trouver de l’or, exploiter des nègres et des mexicains, devenir acteur milliardaire et violer des indiennes mineures ! Les perspectives de développement de la Croatie et de l’Ukraine faisant un peu plus rêver nos jeunes d’aujourd’hui.
En Italie, contrairement à la situation financière et à la libido de Berlusconi, le Concordia se redresse. Pour 600 millions d’euros, on est en droit de se demander s’il n’y avait pas quelques quartiers délabrés de Naples ou quelques routes nationales à retaper avant de réparer l’erreur d’un pilote bourré venu garer son véhicule pour prendre une dernière bière au bistrot du coin. En France, c’est le peuple de droite qui vient de réparer gracieusement l’erreur de pilotage de Napoléon Sarkozy. 11 millions trouvés comme par bonheur en plein marasme ambiant, tout ça pour soutenir la petite guerre d’égo Copé/Fillon, par les mêmes qui trouveront déplorable que de jeunes analphabètes gagnent des sommes indécentes au seul prétexte qu’ils sont footballeurs. Chacun ses valeurs. Au moins en 2017, l’UMP aura implosé et la nouvelle équipe de France sera blanche, ouvrière et amateur, ce dernier critère ne devant pas trop bouleverser son équilibre.
Un typhon, font, font les petites marionnettes, s’est abattu sur le Japon. Pourtant l’avenir s’annonce radieux, comme on a coutume de dire à Fukushima où l’on a plus d’humour que d’espérance de vie. Le peuple nippon aura donc le loisir de creuser sa dette avec les Jeux Olympiques de 2020 mais pourra aussi tester sa capacité à colmater les fuites en organisant l’épreuve de plongeon dans le grand bassin sous le réacteur 4, là où l’eau est la plus chaude. Mais si cette nation de sportifs freluquets ne briguera guère que quelques médailles en sumo, l’on observera avec intérêt les Jeux Paralympiques et leurs futurs champions, nageurs à 6 bras ou boxeurs à deux têtes ! Chez nous, alors que les producteurs malins ont déjà essoré le football, le camping, le turf et le Tour De France comme mamelles populistes où vient s’abreuver le bon public qui aime rire et s’émouvoir de ses passions quotidiennes, voici avec « Invincibles » le premier film de boules grand public ! Et le énième film d’un Depardieu qui n’a jamais été aussi présent dans le cinéma français depuis qu’il est parti vider les réserves d’alcool russes et remplir les contribuables belges. Il serait cependant plus sage de regarder « Platane », seul arbre qui cache la forêt d’une comédie française aux branches mortes depuis trop longtemps déjà. Rendez-nous Pierre Richard !