Problemos. 18/01/2018

Si le monde libre respire mieux après les résultats de la coloscopie de Donald Trump, on ne sait toujours pas quels outils oblongs ont été nécessaires pour explorer un aussi gros trou du cul ! Il y a des mystères qu’il est bon d’ignorer. Avec son QI avéré d’orang-outan, le président américain est donc apte pour une nouvelle année où plus personne ne s’offusquera de son incompétence, de sa vulgarité, de ses saillies racistes et misogynes en plus de son immaturité qui font passer Macron pour un philosophe grec. L’instabilité planétaire a plus que jamais un nom et un visage, tout aussi repoussant.

Heureusement qu’en France la passionnante histoire de l’aéroport Notre Dame des Landes est venue animer un peu le cœur de l’hiver, cet insoutenable suspense venant réveiller des médias anesthésiés par la mort de France Gall, la créatrice de Blablacar, merveilleuse chanson sur le covoiturage africain, suivie de celle de Dolorès O’Riordan autre chanteuse habituée à bêler dans les hautes sphères de la chanson populaire. Le côté facho en plus.

A la nuisance visuelle et sonore des avions, il faudra donc supporter celle des zadistes, occupant illégalement un terrain de l’état avec leurs djembés et leurs utopies rigolotes. Problemos. Si la société avait tant besoin de rêveurs et de poètes, on vivrait encore dans les effluves de Woodstock, le patchouli, les filles nues (et consentantes), les vestes en mouton et les sabots crottés au lieu de profiter des soldes. Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous les gens riches disaient alors les slogans. Mais quelque chose à sûrement déraillé sur le chemin de la béatitude.

En Californie, des enfants plein de merde vivent encore enchainés à leur lit. En 2018. Certains d’entre eux n’ont même jamais entendu parler d’Harvey Weinstein, c’est dire ! Personne n’a osé indiquer le distributeur de préservatifs le plus proche aux parents ou les avertir que 13, ça porte malheur ? Un beau scénario à venir pour Hollywood, juste à côté, où James Franco, Aziz Ansari et Kevin Spacey (entre autres) attendront un peu que leurs anciennes conquêtes rancunières se calment un peu. Ils ne jouissent malheureusement pas du même statut que Woody Allen, qui excite tant le public et les critiques françaises malgré ses ratés (et je ne parle pas de ses 10 derniers films !). Chez nous me direz-vous, Morandini présente toujours une émission de télé, où il dénonce, notamment, le harcèlement. Et voilà que Jéremstar, qui n’a de star que son pseudo débile (le mec s’appelle Gisclon, ce qui est tout de même cocasse pour une histoire de sex-tape), vient de se voir clouer au pilori lui aussi !! Comment va-t-on survivre à ce énième scandale dans le petit monde de la télé-réalité ? Peut-être en se disant que certains sont devenus président des Etats-Unis, et qu’ils peuvent aujourd’hui étaler leur vacuité et leurs analyses d’urine au grand jour. Une forme de consécration trop stylée. Une belle revanche sur la vie, t’as vu ?

zadiste-roybon

Publicités

Nos Amis Les Hommes de 2018. 4/01/2018

Alors qu’en Somme, la rivière sortait de son lit, dans mon rêve j’inondais le mien en pensant que la Nation Française venait m’apporter le petit déjeuner au réveil, me caressant au passage le scrotum avec une plume de canard sauvage, elle qui me connait si bien et sait combler chacun de ses enfants.  Avant que le réveil ne sonne pour une reprise toute en douceur d’une humiliation au travail, l’un des aspects les plus socialement acceptables de la Nation Française, qui n’aime rien moins que les feignasses et les smicards, ces furoncles disgracieux sur le visage rayonnant de son grand gourou, le Medef.  Cette même Nation  Française qui envoyait ses enfants au front en fusillant les récalcitrants pour leur apprendre un peu le respect des valeurs et ce courage que n’ont pas les donneurs d’ordres derrière les bureaux. Cette grande Nation Française qui appréciait sa choucroute avec un bon verre de Vichy, cette sublime Nation Française qui éduquait des peuples africains à bien fermer leur gueule une fois la décolonisation venue, cette belle Nation Française qui n’en peut plus d’être américanisée jusque dans son cholestérol, mais où le beauf et les gros cons courent toujours. Sans fusil mitrailleur ! Cette brillante Nation Française enfin qui vient de perdre en Johnny son plus bel emblème culturel, et qui élit Jean-Jacques Goldman comme sa personnalité préférée. Encore un matin pour rien…En 2018 ! Un homme dont l’inactivité depuis 15 ans ferait presque passer Polnareff pour un stakhanoviste de la chanson à texte ! Un homme qui laissa les Enfoirés avec « Toute la vie », dernière daubasse réac et affligeante, et qui ne daigna même pas assister à l’enterrement du rockeur belgo-saintbarthélémien, parce qu’il avait piscine. Même pas eu l’envie de se forcer à avoir envie. Dire qu’aux grandes heures de Coluche, les français élisaient L’Abbé Pierre, le Commandant Cousteau ou Sœur Emmanuelle !! On préfère encore les bondieuseries et les chasseurs de mérous à un chanteur invisible dont le seul coup de maître est d’avoir pollué le top 50 de 1981 à 1991 avec des femmes qui font des bébés toutes seules, des cordonniers, du vieux pain sur son balcon et des chansons faciles pour attirer les moines et les pigeons !!

Qu’il n’y ait plus dans ces sondages inutiles aucun homme politique, on peut aisément le comprendre. La sanction est tombée également dans les urnes. Qu’il y ait tout un tas d’amuseurs publiques, passe encore, la vie est si triste devant Jean-Pierre Pernault, mais la disparition de tout intellectuel, chercheur, écrivain, serial killer ou artiste exigeant nous rappelle pourquoi la Nation Française aime tant faire tourner les serviettes le 31 au soir, après un bon bêtisier et la messe de minuit devant Saint-Hanouna. Pendant ce temps-là, Nordahl Lelandais est monté sur ses échasses pour réfuter en bloc la mort de Johnny, du petit Grégory, d’Estelle Mouzin, de la démocratie, de la déontologie journalistique et l’arrivée au sommet de Laurent Wauquiez. Avec les avalanches, les savoyards que nous sommes n’avaient pas vraiment besoin de ça. Heureusement que Trump nous distrait un peu, comme à son habitude, entre l’interdiction d’un livre polémique, la Russie, le faux réchauffement climatique, l’Iran, Twitter, la Palestine et son gros bouton rouge.  On espère vraiment que Kim jong-un ne mette pas par hasard son coude sur le bureau, mais vu sa taille et sa souplesse, on est un peu rassurés.

Vivement que 2018 prenne tout son essor, entre les commémorations de 14-18 et celles de 98, la grande Nation Française saura encore faire pleurer dans les chaumières et réunir sous un beau drapeau tricolore et une Marseillaise plus que jamais militante, les fans des obus des Poilus et des missiles de Zizou. Avant d’envoyer sa nouvelle armada multi-millionnaire et multicolore en Russie et ses athlètes amateurs blancs en Corée du Sud, histoire d’oublier un peu les lois sur le travail et les augmentations taquines devant un fraternel match de foot et une chaleureuse compétition de biathlon. Une belle métaphore sportive de The Walking Dead. Fuir ses adversaires, courir avec un fusil dans le dos et tirer au hasard si un zombie ou un migrant nous attaque sournoisement. 2018, on est prêts.

maxresdefault

Nos amies les femmes. 20/10/2017

Doit-on blâmer Dieu, qui devait se faire cruellement chier en ce 6e jour de création artistique pour  inventer ces deux créatures diaboliques autant qu’hystériques, alors que tout était relativement calme sur cette Terre fraîchement lâchée à l’appréciation de Darwin et autres farfelus qui la préféreront plate. Comme cette femme, et cet homme qu’il dessina à son image. Soit. On peut donc se poser légitimement la question de l’apparence physique du créateur le plus célèbre devant Steve Jobs : le fait qu’il soit transgenre pourrait donc résoudre pas mal d’interrogations modernes et soulager enfin Christine Boutin et Eric Zemmour sur la théorie du genre. Bizarrement, la Bible et les autres manuels de bienséance religieuse restent assez évasifs sur le sujet.

Depuis que la femme a eu 2 seins et une mini-jupe en peau de mammouth, et que l’homme a eu envie de jouer avec parce que les troncs d’arbres commençaient à lui filer des irritations, elle n’a pas attendu la démocratisation de l’éjac’ faciale pour en prendre plein la gueule. It’s a man’s man’s man’s world chantait James Brown avant d’être arrêté pour violence conjugale. Un parmi tant d’autres. Ou quand le pouvoir, l’argent, l’arrogance mâle mais aussi la drogue, l’alcool et le PMU, ajoutés à une enfance souvent  violente conduisent certains à se comporter comme aucun animal n’oserait le faire. Juste pour se donner une contenance et se sentir vivant.  Contrairement à certaines de leurs victimes. Il faudrait donc enfin blâmer toutes les religions pour avoir fait des femmes des objets honteux et dépourvus d’âme, pour les avoir déguisées en sorcières et obliger à se plier à toutes les volontés masculines, leur donnant réconfort et enfants, afin que leur lignée d’enculés héréditaires  perpétue à leur tour cet héritage couillu.

Le harcèlement existe depuis que l’homme s’est normalement senti supérieur à la femme. Physiquement, intellectuellement, moralement ou spirituellement. Ce devait être le même jour où l’homme, blanc, s’est senti supérieur à l’homme noir, jaune, beige ou vert pour les mêmes raisons. Les religions ont créé des frustrations, qui ont créé des déviances, qui créent des perversions et des comportements banalisés par des années d’obscurantisme, de sketches de Bigard, de Patrick Sébastien ou de blagues raffinées de Cyrille Hanouna. Même si l’on peut blâmer certaines, prêtes à s’avilir pour s’offrir une carrière, parce que les « études tu comprends, je suis moins forte à l’oral », on n’excusera jamais qu’une main au cul ne soit pas un problème ou que certains le regard torve, dévisagent certaines comme de simples morceaux de viande. Face à leurs propres peurs, maladresses ou impuissance, face à un manque cruel d’idées et de vocabulaire, la violence est la réponse des lâches et des abrutis congénitaux. Dans son infinie beaufitude, l’homme n’a jamais supporté qu’un boulon ou qu’une femme ne lui résiste. Alors qu’il faut parfois un peu de patience et de doigté.  Ou demander gentiment. En 2017, certaines vont donc pouvoir enfin l’ouvrir pour de bonnes raisons, Mr Weinstein aura au moins servi à ça (et à lancer la carrière de Tarantino !). Puisse cette parole devenir un symbole de liberté et d’égalité, et pas que dans les métiers artistiques où l’abus de pouvoir est légion. Même si certaines auraient mieux dû choisir leur harceleur, au vu de leur carrière…La prochaine étape, bien plus longue et bien plus éloignée d’Hollywood, consistera peut-être à ce que chacune, aux quatre coins du monde, puisse enfin, à un âge décent où l’on n’est plus censé jouer à la poupée, choisir ses fringues, son métier, ses loisirs, sa sexualité, ses méthodes de contraception et avant tout son mari…

Be Bop A Lula . 13/07/2017

Parfois, alors que la vie nous sourit comme un enfant normal acceptant un bonbon d’un prêtre lyonnais,  une partie de nous se brise soudainement, comme un iceberg géant se détachant de la banquise pour aller s’écraser sur l’Argentine et engloutir les derniers espoirs de corruption de despotes sud-américains. Ainsi donc, sans prévenir et avant les soldes d’hiver, Colette va fermer son concept store, mettant une population parisienne à la rue sans plus de ménagement qu’un CRS Porte de La Chapelle. Où pourrais-je alors trouver cette eau minérale pétillante des steppes de Mongolie à 38 euros le litre ou acheter un hand-spinner Vuitton plaqué or pour faire une blague à mon neveu Dimitri, qui en plus d’avoir un prénom ridicule a aussi perdu ses doigts à cause de l’explosion de son vapoteur diesel. Il a déjà les moufles Kanye West du coup…C’est si compliqué de leur faire plaisir à cet âge. Le mauvais goût va donc encore triompher.

Et ça tombe bien, Donald Trump vient d’arriver en France. Dans un pays qu’il trouve aussi triste que le Dakota du Nord et où les dangereux habitants promènent leur liberté et leurs bichons sans armes, Rouquemoute 1er va pouvoir commémorer la guerre, sans laquelle il n’y aurait pas de paix durable, d’entreprises florissantes et de peuples dociles. Quelqu’un a-t-il déjà entendu un japonais se plaindre depuis Hiroshima ? En espérant donc que le président se liquéfie lentement au soleil parisien pendant qu’il regardera voler des avions dont les prix indécents pourraient nous aider à payer des écoles plutôt qu’à bombarder celles de peuples déjà bien opprimés. Peut-être pensera-t-il alors à ce bout de banquise, qui au-delà de solutionner son problème mexicain pourrait aussi lui rafraîchir les idées sur les conditions climatiques démentielles qui ravagent en eau ou en feu une bonne partie de la planète depuis des années ? Peut-être pensera-t-il à cette mère lorientaise et prévoyante qui congela ses trois fœtus pour leur éviter des coups de soleil certains ? Peut-être pensera-t-il à la disparition prochaine de tous ces animaux dont la diversité fit un temps la réputation de la planète Terre ? Mais il y a de grandes chances qu’il s’en foute comme de ses 18 premiers trous. Sûr qu’un 14 juillet au Golf Club de Miami, serait plus en rapport avec ses compétences historiques.

En attendant que Froome ne déboule ici les mains dans les poches après un énième Tour de France plein de suspens, alors que les français n’en peuvent plus de joie à l’annonce d’Olympiades hors de prix qui viendront compenser dans nos budgets la baisse de la taxe d’habitation, à l’heure où les footballeurs moyens s’épanouissent dans le championnat turc, à l’heure où les niçois commémorent le retour de Christian Estrosi, à l’heure où Bolloré réclame des dommages et intérêts au CSA pour avoir sanctionné Hanouna, à l’heure où Christine Angot s’apprête à devenir encore plus détestée qu’Hanouna, à l’heure où le tube de l’été n’a plus l’exclusivité de la musique de merde (c’est toute l’année désormais), à l’heure où le jazz a 100 ans, je vais me mettre un bon vinyle de Nina Simone, boire deux ou trois mojito, manger une plaquette de Xanax et m’endormir devant un vieux film italien. Réveillez-moi en octobre, quand il fera plus frais.

 

 

 

Nos amis les hommes du Président. 15/05/2017.

Elle était pas un peu longue cette pub Citroën diffusée dimanche sur toutes les chaînes ? Déjà, un président branché et porté sur l’économie, aurait pu faire l’effort de rouler en Twizy, saperlipopette, et en plus, ça nous a fait rater la messe. Pile au moment où François (le pape, pas l’ancien curé de l’Elysée) allait béatifier deux petits portugais pour leurs miracles passés. Faut dire que la saison de Moutinho et Cristiano Ronaldo restera dans les annales, comme dit le Cardinal Barbarin, qui est très émotif quand il entend le mot vierge. Pour récompenser  le pays de sa dévotion, le petit Jésus cathodique a fait gagner l’Eurovision au chanteur lusitanien, qui en plus d’avoir fait honneur à la richesse capillaire locale, a triomphé avec son insupportable chanson en bois, 40 ans après Linda De Suza et sa valise en carton. Rappelons qu’en France on n’a pas attendu la compète pour se délecter d’une énième tortilla musicale, le Despacito du portoricain Luis Fonsi, cocktail magique du meilleure de Shakira, d’Enrique Iglesias, de reggaeton cubain, de Kendji Girac et d’un reste de vomi de sangria à la sortie d’un bar à tapas madrilène étant premier des charts depuis trop longtemps déjà.

D’ailleurs le FN c’est comme l’Eurovision, on sait qu’ils ne peuvent pas gagner avec un programme aussi nul. Mais le mauvais goût faisant toujours beaucoup trop d’audience et de ravages dans ce pays, on est en droit d’être prudent. Après les arrivées de Frank de Lapersonne ou de Dupont-Aignan, les départs de Marion Maréchal ou de Dupont-Aignan, le FN est comme un bon vieux photocopieur, toujours prêt à accepter une autre tâche. Il faudra mettre une deuxième couche de désherbant lors des législatives, si l’on veut s’assurer que rien ne repousse dans les cinq ans qui viennent et laisser un peu d’espoir populiste à une droite en pleine déconfiture et qui va devoir payer elle aussi pour l’inactivité avérée de madame Fillon.

Mais bon y a pas que les habitants de Fatima qui ont des illuminations. Christine Boutin aussi. Depuis qu’elle a vu le diable dans l’élection de Macron, on espère vraiment que des hackers s’en prennent à son compte Twitter illuminé, un des rares à rivaliser dans le ridicule avec celui de Donald Trump, indétrônable…Quoi que. On sous-estime peut-être sa capacité à se mettre lui-même hors d’état de nuire ! Et à ce niveau-là, ça frise le respect. Mais maintenant que Monaco est champion, qu’un Premier ministre débarque du Havre, que des projets Netflix sont projetés à Cannes et que Twin Peaks revient, tout est permis. Même de rouler en DS7 ou d’espérer que les aigris du commentaire gratuit et les pros du bashing trouvent enfin l’amour ou se branlent un bon coup pour laisser respirer la démocratie et la Toile. Qui n’est pas cirée. On n’est pas au Portugal !

B9712010599Z.1_20170514013315_000+G8392DKGB.3-0

 

 

Nos amis les hommes. 9/05/2017

Curieux et reposant ce soulagement soudain, le même qui suit une violente gastro, avec la paupière qui plisse encore lorsque l’on desserre les fesses, et qu’une larme de bonheur coule lentement à la seule pensée que l’on va pouvoir refaire du vélo. Depuis que les hommes politiques se prennent pour des stars de la télé-réalité et que les journalistes confondent information et pipolisation, la course au buzz et au bon mot a transformé tout ce milieu en un mix d’Intervilles et de vidéo-gag, le plaisir et les vachettes en moins, la violence et la vulgarité en plus.

Chacun aura donc montré ses limites, son manque d’éducation, de culture  et de self contrôle pour mieux s’en prendre à la forme et au physique : guerre de quéquettes, attaques de préau ou combats de coquelets, cet emblème français si ridicule. Mais comment en vouloir à nos représentants  d’en être arrivés là alors que même les électeurs ont fait montre d’une telle rage à l’encontre des ennemis de leur poulain respectif. Insultes homophobes, racistes, appel à la guerre, aux attentats, conspiration pour les uns, diabolisation pour les autres, alors même que la principale menace était écartée du pouvoir. Certains abrutis préfèrent donc  la guerre civile promise en cas d’élection de la furie blonde à l’éventualité d’attaques terroristes visant n’importe quel pays ou n’importe quel gouvernement. L’arrivée de Macron est une nouvelle défaite pour Daesh. Qui devra patienter pour voir la France s’auto-détruire ou s’auto-flageller dans un régime fasciste en attendant que les beaux jours reviennent en même temps que les billets de 100 francs Clovis et une équipe nationale de foot toute pâle. Pendant que Marion reprendra ses études d’esthéticienne avortées. Je me fous royalement de Macron et de son programme économique, mais j’ai toujours du mal à sortir un fusil pour tirer à bout portant dans la gueule de quelqu’un qui ne fait que son travail, avec le mérite certain d’avoir défoncé les clivages droite/gauche dépassés et fait disparaître quelques vilains morpions, qui s’accrocheront désormais au peu de couilles qu’il leur reste.

Pourra-t-on un jour entreprendre quelque chose sereinement dans ce pays d’excités avant de dire non par réflexe ou de descendre dans la rue par habitude ? Sarkozy et Fillon ont eux aussi eu droit au bénéfice du doute, alors je vous en prie…Mais voilà, l’électeur de base fait passer son égoïsme, ses besoins et ses convictions avant le bon sens commun , alors même qu’un enfant de 4 ans saurait choisir entre un  premier de la classe propre sur lui et une fin de race dégueulasse. On croirait voir des ultras de l’OM argumenter sur le PSG…Un peu comme les abrutis qui crachaient sur Cavani en 2016 avant de lui lécher les crampons en 2017 pour avoir relevé le niveau de son club de milliardaires largués…Parfois, même en plein égo-trip, Zlatan jouait pour l’équipe et rendait le spectacle fascinant…

Alors maintenant que les extrêmes ont montré leurs limites, que les moins extrêmes n’ont pas réussi à convaincre malgré leur populisme bon teint, nous avons un boulevard au milieu pour reconstruire quelque chose tous ensemble, sans que cela ressemble à une émeute ou à un défilé militaire. Les 5 prochaines années n’en seront que plus calmes. Au sens zen du terme, pas au sens Hollande, hein ! Et si vraiment vous voulez vous défouler sur quelqu’un, n’oubliez pas qu’il reste quand même Dupont-Aignan, Robert Ménard, Christine Boutin, Eric Ciotti, les Balkany et tout un tas d’abrutis arrivistes et opportunistes pour pourrir nos hémicycles. Et qui devront payer pour leurs actes ou pour leur traîtrise. Au sens propre comme au figuré. En attendant que les français y passent. A la caisse, pas au cimetière. Mais contrairement à Victor Lanoux, il restera Le Bon Coin à la France en deuil de Louis La Brocante et de la gauche pour se refaire un petit pécule…

2048x1536-fit_victor-lanoux-serie-louis-brocante

Nos amis les hommes.20/03/2017

On pensait s’emmerder sévère en ce week-end  où les corbeaux avaient repris possession des cieux, le printemps regimbant encore à l’idée de dénuder les filles en fleurs alors que les TGV n’arrivaient même plus en retard à Paris, car il n’y en avait pas. C’était sans compter sur un énième boute-en –train, qui préférait l’avion, venu taquiner des militaires à l’aéroport d’Orly et ajouter ainsi son nom à la longue liste des dizaines d’abrutis cocaïnés venus polluer nos JT de leurs approximations vengeresses. Heureusement, l’actualité taquine mais néanmoins ludique nous proposait au hasard de quelques QI approximatifs, un bébé de 16 mois dans l’eau bouillante à Nantes, un autre au lave-linge (mais sur délicat) à Perpignan et un troisième de 8 ans dans un crocodile au Zimbabwe. Des idées créatives qui changent un peu du toboggan mais qui nous rappellent au combien le dépistage de l’intelligence devrait être obligatoire avant tout rapport non protégé. Ou élection présidentielle. Le bien nommé Donald Trump devrait tailler dans la masse de la culture pour son budget 2018, sciant la branche de son populisme en mettant en péril l’existence de ces chaines de télé et de radios locales qui permettaient aux pauvres n’ayant pas le câble de voter pour un nase comme lui. Quand on est con…Mais au moins le budget de l’armée sera-t-il à la hauteur de ses ambitions d’invasion  de tout un tas de pays de moustachus infréquentables et nuisibles.

Alors qu’en France, la démocratie s’arrête là où commence l’Audimat. Sur les 11 candidats à la présidentielle, tous plus excitants les uns que les autres, TF1 en a choisi 5 pour animer le débat de ce soir. Un peu comme si Barcelone se contentait de Messi, Suarez, Neymar, Iniesta et Umtiti pour éliminer le PSG ! Ce qui est certes suffisant mais déplacé ! On ne choisit pas des gens au faciès, ou juste sur le critère d’une mise en examen. Seul Mélenchon n’a rien à se reprocher. Mais l’on ne sait jamais. Alors on garde les plus beaux, les mieux parfumés, les mieux habillés, les plus souples pour nous la mettre pendant 5 ans, les winners en somme, alors que les autres ne sont ni assez sexy, ni assez populaires, ni assez pourris pour se voir proposer un débat sur cette grande chaîne où se sont épanouis les plus grands penseurs de notre pays, de Vincent Lagaf’ à Jean-Pierre Pernaut.

Dupont-Aignan, dans un geste autant chevaleresque que youtubesque aura quitté le sacro-saint plateau du JT de 20h pour crier, avec raison, son courroux à une France choquée. Mais l’on sait bien que 11 millions de vues sur You Tube ne font pas vendre plus de disques à certains…On retiendra cependant cet acte valeureux, et calculé, dans un monde télévisuel qui n’en compte plus guère. Sur C8, Fillon est venu donner des leçons d’élégance et de sape à une classe de primaire… expliquant qu’un uniforme éviterait par exemple de faire la distinction entre un parlementaire en Smalto et un ouvrier en Celio. Mais lui qui vit encore dans les années 50 (le Général, le service militaire, la prière du dimanche, l’exemplarité chrétienne…),  devrait savoir qu’il vaut mieux valoriser chacun plutôt que d’uniformiser tout le monde comme le fait très bien l’école depuis des lustres. Et que chacun s’uniformise déjà à sa façon pour exister dans la cour de récré : les geeks, les sportifs, les intellos, les babos, les keupons, les gothiques, les lascars, les filles, les timides, les bourges en Sebago, les rappeurs, les fans de Kev Adams, des clans se sont toujours formés depuis l’invention du préau. Chacun son déguisement, changeant au gré du temps et de son acné…Pas besoin de blouse ou de blason, de drapeau ou d’hymne si ce n’est pour lisser la pensée et faire marcher au pas comme on le fait en Chine ou en Corée du Nord…A moins que l’on n’ait besoin de millions de moutons pour venir dans les urnes au moment crucial.

Perso si j’étais jeune aujourd’hui, j’aurais un Perfecto et un t-shirt de Chuck Berry. Ou pas. En tous cas j’essaierai au moins de faire comprendre à chacun que cet homme était aussi important qu’Elvis Presley. Le sex-appeal, la couleur de peau et le marketing en moins. Lui qui aura survécu à John Lennon, Kurt Cobain ou Sid Vicious aura sûrement contribué pour beaucoup au lancement des carrières des Stones, des Beatles et de Johnny. Qui reprendra tous ses plus grands tubes. Mais seule la mort de celui-ci sera considérée comme un drame national et une grande perte pour la musique. Putain d’époque.