Nos amis les hommes. 27/08/2018

Alors qu’on s’emmerdait sévère et qu’on remettait des chaussettes en attendant le retour de la canicule, voici que notre Pape François nous sauvait le week-end en revenant d’Irlande, ce pays déjà durement touché par une malédiction capillaire et où la pédophilie fait plus de ravage que l’alcool. En même temps, que reste-t-il à tous ces jeunes perdus pour oublier leurs visites forcées au confessionnal et embellir leur avenir, sinon une belle pinte de Guinness ? Après les scandales à répétition au Chili ou aux Etats-Unis, François 1er fait le tour du monde pour éteindre les incendies dans l’église catholique en général et dans les slips de ses employés en particulier ! En prenant bien garde de ne pas diaboliser les déviances à répétition de prêtres plutôt bien dans leur tête et dans leur peau, mais en faisant passer l’homosexualité des enfants pour un problème psychiatrique. Et qui n’est toujours pas traité depuis l’Inquisition ! Quelle honte ! Tous ces gosses obsédés qui font rien qu’à exciter les curés pour avoir les meilleurs stands à la kermesse ! Pourtant, aucun problème médical n’est à priori en cause dans la sexualité de chaque individu, alors que la religion l’est dans toutes les déviances infligées par ceux qui n’en n’ont pas. De sexualité. La frustration entrainant des manques, ces manques conduisant à la violence, et cette violence à des agressions. En prenant souvent ceux qu’on a sous la main, voir plus bas ! Les pervers et les prédateurs sont des gens très bien sous tous rapports, sauf sexuels ! Donnons-leur simplement le droit de tirer leur crampe normalement, avec des êtres humains consentants, et la vie des enfants de chœur devraient s’en trouver changée à jamais ! Hallelujah !

Question psychiatrie, la transition toute naturelle nous amène comme d’habitude aux Zuessa, où un nouvel ado fatigué est venu se venger d’avoir perdu sa partie de Madden en zigouillant d’autres participants dans un tournoi de Jacksonville. Donald Trump n’a pas bronché sur ce qui ressemble beaucoup à une attaque terroriste dans ce pays de cow-boys qui auraient tous grandement besoin de s’en remettre à un spécialiste plutôt qu’à Dieu, qui a démissionné du continent depuis l’arrivée des premiers colons espagnols. Profitez d’ailleurs de cette fin d’été pour regarder « Who Is America ? », la série de Sacha Baron Cohen et le film de Spike Lee « Blackkklansman », qui restent plus que jamais nécessaires, vu l’état du pays.

Pendant ce temps, à la recherche d’un second souffle, les daeshiens revendiquent n’importe quoi pour se donner un peu de crédibilité. Après la tuerie de masse de Las Vegas, pourtant due à un ancien militaire américain normal, voilà qu’ils signent un règlement de compte familial, perpétré par un énième dérangé comme les faits divers en comptent tant dans la presse quotidienne régionale. A ce rythme ils vont bientôt endosser la responsabilité pour les cancers du cerveau, même si cet organe peut leur paraitre aussi inexistant que la notion de bonheur ou de liberté, ou s’attribuer les accidents de vélo sur nos routes campagnardes. « Wesh, c’est nous qu’on a mis les clous dans la descente ! »

Il reste encore 1 semaine pour de nouvelles croustillantes, un autre mort célèbre, pour que l’OM trouve enfin un vrai numéro 9 et pour pouvoir enfin écouter le nouvel album de Kendji Girac. Un été plein de suspens et de bonheur, comme on les aime.

rts1yhf6

Publicités