Nos amis les Homs. 28/02/12.

Il y a dans les cérémonies américaines un je ne sais quoi de pathétique à voir défiler sous nos yeux rêveurs autant de mauvais goût vestimentaire et de choix esthétiques improbables. Comme si les décorateurs portugais de leurs masures de marbre et de stupre s’étaient finis sur leurs gueules ! Aucune limite non plus au bon goût capillaire, faisant presque passer Nadine Morano pour un mannequin de l’agence Elite. On s’est trouvé moins choqué devant les empilages de matières incongrues sur les modèles roumains de nos métros de banlieue ou les tenues argentées, paillettes et bas-résilles dans les boîtes interlopes du Cap d’Agde noctambule ! Il semblerait bien que les vendeurs de tissus hors de prix et les chirurgiens asiatiques aient encore de beaux jours dans la Silicone Valley du cinéma mondial.

Entre 2 sardines, l’immense Sacha Baron Cohen était venu présenter son nouveau personnage de Dictator, piétinant dans son costume « John Galliano » le tapis rouge du bon goût hollywoodien. Surfant sur une actualité brûlante qui vit quelques grands noms de la liberté d’expression nous quitter prématurément (de Kim Jong-il  à Khadafi, de Ben Ali à Moubarak, de Ben Laden à Whitney Houston…) , le trublion anglais venait rappeler qu’on devait rire de tout et avec le plus grand nombre, n’eut-il aucune once d’humour ! Car pendant ce temps-là, quelques despotes modernes continuaient d’arpenter les trottoirs dominicaux en narguant fièrement la démocratie balbutiante. L’éphèbe Vladimir Poutine , après quelques mois à taquiner la morue aux quatre coins du pays, venait s’assurer de sa réélection  en douceur dans un pays qui n’aura réussi qu’à libéraliser les putes et les mafieux depuis la fin du rideau de fer. Abdoulaye Wade de son côté, se rendait aux urnes pour glisser dans la fente un majeur bien dressé à la face d’un peuple abasourdi par tant de hardiesse ! Youssou N Dour qui avait prévu de reprendre « Je m’éclate au Sénégal » des légendaires Martin Circus en cas de victoire, n’aura eu en tout que « Seven Seconds » pour fermer sa gueule et retourner  faire des disques pour les européens. Quant à Bachar Al Assad, il aura réussi à faire de sa Syrie la plus grande fabrique de cercueils d’un proche-orient qui trouvera peut-être la lumière dans la bombe atomique iranienne, prévue avant la fin de l’été si chacun y met du sien. Venu voir avec Madame les résultats des élections municipales, il aura surtout regardé Homs tomber, à l’instar d’un ONU qui n’a toujours pas trouvé les raisons pétrolières à une intervention musclée.

En France on s’en fout, The Voice et le Salon de l’Agriculture ont ouvert leurs portes. Et si les bœufs se sont rués en masse sur la première, les politiques se sont rués en meute sur les seconds pour montrer tout leur attachement à une France qui continue d’avoir les 2 pieds dans la bouse et une haleine de cheval. Nicolas, ce génie, est monté sur ses grands poneys pour partir à l’assaut d’un quinquennat nouveau, tel un Don Quichotte miniature, prêt à guerroyer contre la vie chère, les patrons et le Cac 40, comme sorti d’un coma de 5 ans ! Marine, cette génisse, est venue rappeler que la France, c’est elle, et que ça commence à bien faire les conneries ! Avant de passer au nouveau franc, il lui faudra cependant recueillir quelques signatures supplémentaires et arrêter d’appeler son papa borgne à la rescousse à chaque fois qu’un pitbull d’extrême-gauche lui aboie au museau !

Cette campagne débutante aura au moins le bon goût d’être au niveau des cours d’écoles, qui crachant sa petite haine, qui faisant des crocs en jambe, qui traitant sa mère…Un beau spectacle pour la jeunesse, haut en couleur, où des milliers de petites mains agitent le drapeau tricolore en réchauffant sa fierté nationale, bien engourdie par un hiver rigoureux. Comme à la grande époque des défilés de nos aïeuls où l’on savait marcher droit et masquer les odeurs nauséabondes avec des pastilles Vichy. Ah peuple de France, à l’heure d’un repli nationaliste qui montre l’étendue de l’intelligence humaine dans un 21e siècle où les singes vont bientôt se foutre de notre gueule, peut-être devrions méditer sur cette phrase de Cioran, ce philosophe roumain qui n’en était pas moins homme, sage et visionnaire : « Un homme qui se respecte n’a pas de patrie. Une patrie, c’est de la glu. » Et si l’exercice est encore un peu ardu, il nous reste la TnT, le single de Michel Telo et les Enfants de la Télé pour nous approcher de l’excellence. Et un jour supplémentaire pour comprendre ce qu’est une année bissextile.

Publicités

Nos amis les hommes (en anorak). 4/02/2012

A l’heure où les agriculteurs drômois se préparaient à la cueillette des premiers abricots, le gel taquin est venu recouvrir les pare-brise matinaux des automobilistes parisiens qui n’avaient pas besoin de ça pour étoffer leur humeur de connards motorisés. Eux qui klaxonnent quotidiennement au cul d’une vie qui ne semble pas aller assez vite devront apprendre la patience à l’arrivée des premiers flocons. Et mettre une petite cagoule sur leur courroux héréditaire. Le temps, comme à chaque hiver glacial ou à chaque été brûlant est à nouveau au centre des conversations de tous ceux qui n’ont rien à dire. Et ça fait du monde dans ce pays qui aime à râler au comptoir à la moindre contrariété patronale, familiale, salariale, politique, footbalistique ou météorologique !

Dehors, le sans-abri  se rend bien compte aussi que son carton ne suffira pas à réchauffer le bitume de ses prochaines nuits polaires. Heureusement, les soldes tombent en même temps. On ne pourra alors que l’encourager à acquérir cette belle parka Canada Goose que le gentil commerçant brade généreusement à 600 euros au lieu des 800 habituels. Une affaire en or qu’il faudra saisir au plus vite, car les promesses de mettre tout SDF au chaud de notre président alors en campagne ne devraient pas aboutir avant son éviction printanière.

Le jeune branché, dans toute son arrogance vestimentaire ira, lui, chez le même sympathique commerçant pour claquer son argent de poche durement gagné au front parental dans des pièces hors de prix, sans se soucier une seule seconde des questions de marge, d’exploitation de la main d’œuvre chinoise ou tunisienne et du foutage de gueule généralisé qui entoure la période des soldes où le mouton accoure en bêlant pour acheter quelques logos à moindre coût ! Alors que paradoxalement, sa réflexion sera plus poussée sur les mêmes supposés exploitants qui travaillent dans l’art musical ou cinématographique et qui vendraient leurs œuvres à vil prix à un public qui ne peut quand même pas claquer 15 euros dans un Cd ou un film après avoir payé ses clopes, son shit, ses jeans Diesel  et son forfait mobile ! Fichtre ! Megaupload ferme et les libertaires du net sont colère ! La musique doit être gratuite. Pour tout le monde. Alors qu’on veut bien payer pour un musée, une expo avec trois chaises repeintes, un spectacle de danse contemporaine, un tour de manège, un livre de Marc Lévy, du pain, son essence…Le Boss est en prison, lui qui représente la figure abjecte du crime organisé que ces mêmes internautes reprochent aux patrons des Majors !  Tout part en couille.

Côté nichons, un autre vilain est enfin sous les verrous. Jean-Claude Mas a été arrêté dans le sien (les habitants provençaux devraient comprendre cette blague immobilière), niant toute implication dans les explosions inopinées de ses prothèses mammaires. Sûr que désormais mesdames, pour éviter un cancer, il vaudra mieux s’en remettre au Bon Dieu qu’à ses seins ! Dans un autre registre, Lana Del Rey est sur toutes les lèvres. Sa plastique faisant plus parler que sa musique, on est en droit de se demander à l’heure du tout visuel, s’il ne faut pas être physiquement quelconque pour ne pas s’attirer les foudres de furibards du web qui auraient bien besoin, eux, de se faire refaire les oreilles ! Adèle a vendu des millions d’albums de sa soupette tiédasse sans émouvoir ces  fameux « critiques ». La violence et l’ampleur des attaques sur la new-yorkaise arrivent à la hauteur de ses bas ! La Miss est déjà dans une autre sphère. Quoiqu’on en dise. Ses chansons font désormais partie des remèdes idéaux contre l’hiver, qu’on pose sur sa table de nuit à côté du petit cataplasme à la moutarde et du mignon suppositoire qui pique les yeux.  Avec la voix de Léonard Cohen et les balades folk de Mirel Wagner, on n’a pas trouvé mieux dans le catalogue Servier pour soigner nos maux passagers. Arriveront bientôt les nouveaux Lambchop, Tindersticks, Mark Lanegan ou Dominique A, présageant d’un printemps impeccable. Ce même Dominique qui écrivait il y a 20 ans dans sa Fossette inaugurale :

« De toute ma vie de lamentin, je n’aurai pas connu

D’ennemi plus féroce, de danger plus précis

Que la folie des hommes… »

Cet album est toujours une bougie dans l’obscurité humaine. Une lumière, qui brille la nuit…