Un Jour, un Maux.

En ces périodes d’enfermement, de déchirement, d’éloignement, de chômage forcé et de délation, jouons ensemble avec la langue française.

Chaque jour, je vous propose de vous familiariser avec un nouveau mot, afin d’enrichir votre vocabulaire et de briller en société lors de vos apéros Skype !  Retrouvez-les vidéos sur Facebook/Antoine Melvil ou Instagram antoine_melvil.

Intro

Les 2 premiers mots ici :

analphabite

Bananistaion

MORTEL.

Chers amis confinés, je profite de ce moment opportun où vous n’avez pas grand chose à faire de plus intelligent que de parcourir les réseaux sociaux, seules fenêtres encore ouvertes sur un monde devenu aussi fascinant qu’inquiétant.
Un monde qui m’inspire depuis quelques années méfiance et ironie, qui nourrit mes papiers et m’a donné il y a maintenant 3 ans l’envie de monter sur scène pour en découdre par le rire. L’aventure Toilette Intime m’a permis de jauger mes capacités, de me confronter au public et de mettre les pieds dans un milieu pas forcément très drôle !! Mais comme de partout, des gens bienveillants, ouverts et respectueux ont compris ma démarche, le public a réagit de manière surprenante à mes élucubrations, m’encourageant plus que de mesure à continuer cette aventure un peu masochiste.
Il y a quelques mois, je décidais, suite à de mignons problèmes cardiaques, d’appeler mon spectacle MORTEL. Parce qu’on l’est tous, parce que la vie est courte et parce que c’est un super jeu de mots ! Ce titre revêt aujourd’hui une connotation particulière, et l’humanité arrive à un tournant décisif dans ses choix de vie pour les prochaines décennies, pour les générations futures.
Et que ces choix soient judicieux, censés, humains, intelligents ou toujours motivés par l’appât du gain, il est de notre devoir, nous humoristes, de rester connectés et disponibles pour tamiser un peu tout ça, dédramatiser ou apporter un éclairage décalé sur ce bordel ambiant.
Il faudra du courage, de la patience, mais le rire restera un vecteur de force et de libération. En attendant donc de savoir où et quand chacun d’entre nous pourra remonter sur une scène, voici donc au moins la nouvelle affiche du spectacle, histoire de m’occuper et de me donner un but pour les mois à venir:
Etre en vie par les temps qui courent, c’est MORTEL !

A très bientôt. Prenez soin de vous. Coeur avec les coudes.

Affiches-Fabrice-v5

Les Grandes Vacances. 23/03/20.

Après une petite semaine de confinage mondial, on peut enfin statuer sur quelques certitudes :

-Les cons sont toujours au premier rang, quelle que soit la situation extérieure (au moins en cas d’attaque de lémuriens géants, d’islamistes ou de zombies, le danger est vraiment tangible !)

-Les psys et les avocats auront du boulot pour quelques années.

-Les profs et les instits vont enfin passer pour des saints !

En parlant de saint, il va falloir expliquer aux cathos que Pâques est annulé, que Jésus ne prendra pas le risque cette année de ressusciter pieds nus et avec une hygiène douteuse pour affronter un virus plus virulent qu’une armée de palestiniens revanchards malgré ses super pouvoirs. Expliquer aux chocolatiers (et surtout aux industriels), que les petits enfants n’auront pas vraiment l’occase d’augmenter leur cholestérol avec de l’huile de palme et des corps gras saturés, tout le budget parental étant passé dans le riz, le PQ et les somnifères. Les parents pourront toujours cacher leurs enfants dans le jardin, au cas où les fêtes dégénèrent à cause du manque de sucre et de sommeil. Je mise désormais sur la prochaine pénurie : les bâches en plastique et la chaux vive. Saluons d’ailleurs ici un précurseur, Xavier Dupont de Ligonnès, qui vit aujourd’hui son confinement de manière exemplaire.

Ah ! Quelle période tout de même ! Jamais, depuis de la fin des escapades allemandes dans nos contrées, nous n’aurions pu penser un seul instant que le monde moderne puisse s’arrêter de vivre à cause d’un virus taquin. Qu’un système ultra recherché, comme le capitalisme, maintenu par un autre système encore plus fiable et virtuel, la bourse, puissent imploser de l’intérieur en un éternuement, devrait juste pousser les grands penseurs de ce monde à vite trouver un plan B pour que l’humanité ne doive sa survie qu’aux valeurs travail et argent roi. Alors oui, à ce jour, comme après 2008 et comme des milliers de patients, l’économie est sous assistance respiratoire et ça rassure les investisseurs…Mais dans 1 mois, 2 mois, 6 mois, quand tout le monde aura repris son SUV, sa routine, son égoïsme forcené et son jemenfoutisme légendaire, il faudra alors tout recommencer à zéro. Jusqu’au prochain glouton mutant, de la pire espèce, mi animal, mi Eric Zemmour, qui fera passer Ebola pour un simple rhume des foins. Entre temps, la Nature aura respiré un peu mieux, le cycle des saisons repris son cours normal, les animaux sauvages auront pu se promener en famille dans la forêt jolie et les poissons nager dans une eau presque claire.

Mais il va falloir que ça cesse maintenant ! C’est bon. L’Eurovision est annulée ! On a eu ce qu’on voulait. « Oui mais bon, payer mon abonnement à Canal, BeIn, Rmc, Europsort et Equidia pour n’avoir ni foot, ni rugby, ni tennis, ni Formule 1, ni Jeux Olympiques d’été !! Merci. Avec un peu de chance on va aussi rater le Tour De France, alors qu’on avait tout investi les économies dans le camping-car ! Merci les chinois ! Pile poil l’année où Paris allait gagner la Ligue des Champions. Comme par hasard !»

Surtout quand on va devoir expliquer à ces gens-là qu’il n’y aura pas de congés d’été…Ca devrait valoir son pesant de cacahuètes. Mais bon voilà, c’est bien beau de rien foutre pendant 2 mois en étant payé, mais il va falloir participer à l’effort de guerre ! Là, on est bien, on peut traverser au feu rouge sans regarder, sans se faire insulter par les cyclistes, on fait des apéros Skype tous les soirs, belle-maman est confinée très loin, et puis, on peut quand même se le dire, mais voilà quelques semaines qu’il n’y a pas de grève à la SNCF !!

Les plus stressés par l’enfermement sont prêts, eux, à prendre plusieurs amendes pour pouvoir aller en prison afin de fuir leur quotidien oppressant ! On peut les comprendre. D’ailleurs, à peine arrivé en zonzon, Harvey Weinstein a attrapé le Covid-19. Décidément le mec chope tout ce qui bouge ! Moi si je suis testé positif après ma visite quotidienne chez mon épicier halal, qui a des très belles noix, je pense que je postillonnerai sur Siri pour voir si je peux contaminer toute la planète Apple ! Ma petite vengeance perso contre la mondialisation.

Allez, courage !! Vous pourrez bientôt retourner manifester en masse contre tous les trucs chelous notés pendant ce confinement! Et on imagine déjà la beuverie totale le jour où les français vont pouvoir ressortir de chez eux !! La victoire en Coupe du Monde à côté, ce sera une kermesse dans le jardin du Cardinal Barbarin !!

En espérant surtout que plus personne ne tousse.

Il va falloir des gens en forme pour rester confinés au bureau en juillet-août afin de remplir les caisses de l’Etat.

Vivement Noel.

YNF22LQUWQPAGU65YLBJ6TPNME

Le Jour où la Terre s’arrêta…20/03/2020

‘’C’est quand même pas un peu louche ce confinement juste pile poil au moment où le printemps revient ? Juste le week-end où on avait prévu d’aller au Cap Ferret avec Jean-Pat pour canoter un peu tranquille entre deux barbecues ? Mais comme on est avant tout des gros cons de père en fils dans la famille, on va quand même y aller pour faire prendre l’air au Cayenne qui ne me sert plus à rien dans Paris ! ‘’

Déjà qu’on les détestait sur les pistes de ski, voilà que certains parisiens ont envahi les plages et les côtes ensoleillées pour y confiner leur arrogance boursouflée…Souhaitons leur donc un cancer de la peau et plus de places pour les accueillir à l’hôpital au premier mélanome estival venu.

Mais il y a pire. Aux Etats-Unis, les Spring Breakers ont décidé coûte que coûte de venir fêter leur dépucelage sur les plages floridiennes, à défaut d’infecter le Mexique, en noyant leur vulgarité crasse sous des litres d’alcool, perpétuant une tradition ancestrale qui donne de si belles élites à cette nation de winner. Il y a des virus plus difficiles à confiner que d’autres. Et c’est vrai que con et finement ne font jamais très bon ménage dans une phrase.

Une pensée d’ailleurs pour ces « français » propres sur eux qui commencent à se méfier des médecins, des infirmières, des livreurs ou de leur voisin parce qu’ils font des métiers à risques. Les migrants et les zombies à côté, c’est des représentants de chez L’Oréal ! Quant à ceux qui volent des masques dans les hôpitaux ou du gel dans des locaux des Restos du Cœur, on ne peut que vous souhaiter d’attraper la lèpre, la peste porcine, ou n’importe quelle maladie qui pourra vous priver de l’usage de vos mains. Parce que pour le cerveau c’est déjà trop tard.

C’est fou après 5 jours, le nombre de gens qui veulent à tout prix retourner travailler ! La cohabitation semble plus compliquée pour certains que dans le vestiaire du PSG. Sauf que là vous avez choisi vos partenaires de jeu ! C’est sûr qu’au bout d’un moment, quand personne ne veut parler sport, musique ou géopolitique avec vous, que les repas tournent principalement autour de frites, saucisses et nuggets de poulet, que les siestes sont impossibles, que vous ne pouvez même pas profiter de Netflix ou de PornHub Premium à cause d’une mauvaise connexion, que vous devez écouter Skyrock plutôt qu’un vieil album des Stones en vinyl, que vous ne pouvez plus commander sur Discogs de disques en Italie sous prétexte que les mecs ont la flemme d’aller à La Poste, que vous devez subir tous les derniers Disney, en vf, que les grasses mat sont interdites, qu’il n’y a plus d’eau chaude quand vos filles sont passées à la salle de bain, que ni votre femme ni vos enfants ne veulent faire l’amour, c’est fort probable , qu’à un moment, les lumières crues de l’open space et les blagues de ce connard de Michel vous manquent un tantinet.

Alors pour éviter de le devenir : SOYEZ PATIENTS !

Lisez des ouvrages sur le développement personnel, écoutez Rire et Chansons entre deux tâches ménagères, plutôt que les humoristes de BFM TV, n’ouvrez (toujours) pas aux Témoins de Jéhovah, prenez des gants pour taper vos femmes ou vos enfants et bientôt vous pourrez dire, comme pendant une levrette : le plus dur est derrière moi !

200309120855-venecia-italia-large-169

On ne joue plus. 16/03/2020

Ni sur scène, ni dans les cours de récré, ni avec la santé de la population. N’en déplaise à une catégorie d’abrutis, qui sous prétexte d’être français, n’ont de leçons à recevoir de personne, ni d’un virus invisible, encore moins d’un gouvernement qui l’est parfois tout autant !  » Et je sortirai si je veux pour profiter du soleil en terrasse, faire des selfies en buvant des bières avec mes potes…’ puis manger gras, danser pour éliminer tout ça et passer ‘’à’’ Zara ou chez Sephora avant que sa meuf ne pète un câble sans nouvelles fringues et sans nouveau maquillage au bout de trois semaines de disette. Les influenceurs et les blogueuses modes sur Instagram vont devoir trouver des idées originales. Des idées tout court en fait.

Ah le civisme ! Ce mot qui ne semble plus faire partie du vocabulaire de certains sous prétexte qu’on a fait la révolution et qu’on emmerde le système, l’autorité et les décideurs ! Ce manque de civisme qui nous pousse à nous agglutiner le week-end dans des lieux bondés d’autres irresponsables, parce que la connerie, comme le Covid, se propage toujours mieux dans les endroits bondés d’imbéciles heureux. Ce manque de civisme qui confine à l’égoïsme crasse quand on se jette sur les denrées alimentaires (les gens normaux vont devoir se rabattre sur le sans gluten et le Bio, ou pire manger des légumes !) et le PQ en prévision de jours cloitrés chez soi avec une famille qui vous fait chier ! Dure réalité que certains tenaient éloignée en allant au travail, ou chez leur maitresse entre midi et deux. Mais là il va falloir parler à ses enfants, ou pire, les écouter ! Faire des devoirs, la bouffe, le ménage ou des activités physiques. Le cauchemar ! Tout ça sans sport à la télé pour se détendre un peu !! Manquerait plus qu’on tombe en panne de bières, et alors je ne réponds plus de rien !! Heureusement que le bon sens veut qu’on laisse ouvert les bureaux de tabacs, c’est quand même la base de ménager les fumeurs avant qu’ils ne massacrent une partie de la population par manque de nicotine ou qu’ils puissent se faire soigner à l’hôpital avec des poumons sains. Et puis des ados en confinement, n’est-ce pas d’abord un pléonasme ?  Rester enfermé dans sa piaule au milieu des assiettes, des cannettes de Red Bull et des paquets de chips éventrés en jouant à Fortnite ou en se touchant la nouille sur des sites pour adultes, c’est quand même la base. Et certains virus ne veulent même pas y mettre les pieds !

Apprenez à vous respecter sérieux !! Des peuples sont en guerre, en manque de tout, d’eau et d’électricité, mais rarement en manque d’espoir et de savoir vivre. Vous faites même honte à vos grands-parents, souvent les plus fragilisés par ce nouveau bordel, eux qui ont connu les pénuries, les vraies, et qui avaient souvent deux congélateurs, remplis de bouffe, au cas où…Peut-être pour ça aussi que les juifs ont deux frigos…Mais pas deux fours. Ce point-là restant historiquement à vérifier. L’autre jour au Petit Casino local, alors que j’achetais une palette de cassoulet, des tablettes de Galak et un litre de vaseline, un couple de petits vieux bourgeois, faisait des provisions en attendant l’appel : sur le tapis roulant, ils avaient 4 cubis de vin rouge ! J’ai trouvé ça charmant, et pour le coup, si français.

A ce jour la situation est critique, les élections (dont la tenue est l’action la plus ridicule de ce gouvernement paumé, et Dieu sait s’il y en a eu quelques-unes !) vont être annulées, mais surtout parce que la contagion est bien plus dangereuse que la maladie elle-même. A tout juste 33 morts, dont pas mal de vieux, on faisait les malins, en disant qu’on avait connu des accidents de bus plus tragiques. Mais aujourd’hui, comme Donald Trump, on a changé d’avis sur la question. Aujourd’hui l’espèce humaine retient son souffle et doit sa survie à un postillon. Belle ironie pour celle qui crache sur la nature, le bon sens et les avertissements censés de quelques consciences éveillées depuis l’invention de la parole. Mais peut-on sincèrement faire confiance à des poètes, des babas-cool, des écolos ou des scientifiques, alors qu’Adam et Eve sont les super héros de toute une génération de penseurs bien plus rationnels ? Des gens qui ont des avis saugrenus, une vision fantaisiste du monde, utopique, qui ne matche pas vraiment avec celle des patrons de Total, de Monsanto, de Charal ou d’Ikea, qui savent, eux, ce qui est bon pour la planète en nous guidant tous les jours sur le chemin du savoir depuis que l’on est un consommateur plutôt qu’un être humain.

A trop mondialiser la merde, en cas d’explosion inopinée, c’est l’humanité toute entière qui est éclaboussée. Les guerres, les krach boursiers, les catastrophes naturelles, les attentats, les défaites en coupe du monde n’ont jamais empêché le monde de vivre et les gens d’acheter des écrans plats pour regarder la catastrophe en 4K. Consommer, quoi qu’il arrive, parce que c’est le seul moyen qu’on a de se sentir vivant. Consommer dans son coin sans se sentir responsable, parce que le responsable c’est l’autre. Celui qui a une plus grosse voiture, une plus grosse maison, une plus grosse entreprise, un plus gros débit internet, de plus gros enfants…Moi, je trie mes déchets quand j’y pense, je bois rarement, je mange des produits constipants pour ne pas trop utiliser de PQ, je fais très attention de ne pas trop prendre de douches et je fais l’amour dans le noir. Mais surtout parce que ma femme est moche.

Voilà donc une situation inédite que l’on racontera dans 50 ans à nos petits-enfants, qui auront connu de toute façon d’autres virus, d’autres mutations génétiques, d’autres extinctions. Mais pour notre génération, qui n’a jamais connu la guerre, c’est pittoresque, cocasse, presque agréable. De ne plus aller au travail, en étant payé pour les plus chanceux, de ne plus aller à l’école, le rêve intersidéral pour toute une poignée de branleurs ! Et le bac ? On vous le donnera, comme chaque année ! On pourra même filer la Ligue des champions à Paris, et le titre de champion de France à Lyon pour l’exemple. Malheureusement le bon goût ne reviendra pas à l’Eurovision cette année, ni Polanski à Cannes, ni le père Preynat à la kermesse.  Alors en attendant le changement d’heure (le changement d’ère ?), il serait grand temps de se poser enfin, de prendre des livres, d’écouter des albums oubliés, de regarder pousser des plantes vertes, de faire l’amour et de jouir d’un monde enfin au ralenti, comme il devrait l’être en temps normal. Le spectacle vivant s’est tu pour un moment…On ne joue plus, les bouffons bruyants de la télévision étant bien plus nécessaires à l’épanouissement culturel et intellectuel de nos sociétés. Mais bien désinfectée, une télécommande fonctionne toujours. Le ciel retrouve sa transparence au-dessus des mégapoles, les oiseaux toussent moins et c’est bientôt la fin. De la pandémie. Tout pourra alors recommencer comme avant…

Au-delà des considérations financières et sanitaires, il faudrait peut-être envisager cette parenthèse enchantée comme un cadeau. Afin que tout ne soit pas définitivement annulé. Pensées pour les malades, les familles de malades, le personnel soignant et tous ceux à l’équilibre précaire. Les indépendants, les artistes, les artisans…et les pauvres, pour qui rien ne change vraiment !!!

Cœur avec les coudes.

Résultat de recherche d'images pour "paysage idyllique"

Nos amis les hommes. 7/03/2020

Ah on a connu des débuts d’année moins festifs ! Entre les incendies australiens, les tempêtes aux noms plus ridicules que dans une cour d’école, l’acquittement de Trump, la libération de Balkany et la défaite du PSG à Dortmund, et avec ces histoires de harcèlement chez les patineuses et le coronavirus sur le Diamond Princess, on se disait qu’on allait enfin prendre les décisions radicales : interdire à jamais le patinage artistique et les croisières !

Du coup on s’était pris d’affection pour la bite de Griveaux, avant que son membre facétieux et sa candidature à Paris ne soient retirés simultanément. Dans une effusion de réactions à chaud, comme la toile en compte désormais beaucoup trop depuis l’invention du tweet libérateur, on se devait alors d’être pro Griveaux ou pro Pavlenski pour briller en société. Mais l’on pouvait s’en branler copieusement, à peu près autant d’ailleurs que la campagne des municipales à Paris, où chacun y allait de ses arguments aussi verdoyants que farfelus pour ramener le citoyen radioactif à sa cause écologique aussi sincère que spontanée.

A peine le temps de faire connaissance avec le sympathique couple franco-russe, qu’on en oubliait presque de se lamenter sur le retour en disgrâce de François Fillon, cloué par les couilles lui aussi, mais par sa propre femme, cette même sorcière qui lui coutât l’état. Comment peut-on tomber plus bas ? Même les Balkany, condamnés à nouveau à de la prison ferme se pavanaient encore à l’air libre au nez et à la barbe de la décence, qui n’a jamais dû mettre les pieds dans le 92.

Puis vint la soirée des Césars. Et là, en 2020, dans un pays encore traumatisé par la guerre (on fait des stocks de pâtes et de farine en attendant la fin de la pandémie, tout en critiquant ces cons d’américains qui vivent dans de bunkers sous-terrain en cas d’attaque de martiens ou de communistes !), il fallait choisir son camp !! Parce qu’en France, on ne peut pas décemment aimer les films de Polanski et défendre la cause des femmes, on ne peut pas apprécier une comédie française et adorer quelques films de Godard ou Varda, on ne peut pas être chanteur et comédien, aimer l’OM et le PSG, être blanc ET noir, comme à peu près tout individu sur cette Terre. Il faut être Charlie, ou rien du tout…Quelle petite mentalité étriquée ! Qui ne donne finalement qu’une image pathétique de ce pays de lumières depuis bien longtemps éteintes…Oui on peut aimer certains films de Polanski, les vannes de Foresti, le courage d’Haenel, les mots de Despentes ou ceux de Patrick Eudeline. Il y a une part de vérité chez chacun d’entre eux. La domination masculine est insupportable en 2020 mais le féminisme intégriste l’est tout autant. Les extrémistes n’ont jamais apporté que de la division dans n’importe quel domaine…On oubliera par ailleurs les sorties braillardes, toutes bites en avant, de la meute masculino-machiste des chroniqueurs télé élevés au foot, à la bière et à Gabriel Matzneff, pendant que maman préparait à manger en attendant papa : Beigbeder, Praud, Naulleau, Zemmour jusqu’au geste de délation imparable d’Hanouna, tout fier de balancer le salaire de Foresti en grand justicier vertueux et avocat dévoué à la maison Bolloré. Où l’on comprend surtout que les combats féministes devront d’abord s’affranchir de la télé de beaufs pour se faire entendre durablement.

Le problème ici n’est ni celui des femmes, ni celui des exactions commises (il y a des tribunaux pour ça) , mais toujours le pouvoir, ce besoin viscéral de domination qui rend les hommes si pitoyables depuis qu’ils s’élèvent dans les sphères politiques, artistiques ou professionnelles en écrasant les autres. Et l’on peut écouter Noir Désir, lire Céline, regarder des photos d’Hamilton (le pédophile pas le pilote de F1) et aimer Morrissey en ayant un cœur malgré tout. Et qui sait comment on évaluerait aujourd’hui les œuvres d’Hitler s’il n’avait été que peintre ? Tout ça pour s’apercevoir juste que les Césars est une remise de prix boursouflée, à l’entre-soi détestable, plus du tout drôle depuis longtemps, dont le grand public et le box-office se foutent royalement.

Surtout que pendant ce temps le monde continue de brûler tranquillou et que des gens s’enrhument en mangeant des nems et des pizzas. Les chaines d’infos et la presse sont aux anges. Les gens ont peur, enfin, et aucun musulman n’est impliqué pour une fois !! Certes il y a des morts, plus de 50 pays sont touchés, même la Suisse, c’est dire la gravité du truc. Mais pendant qu’on panique devant Pernault, 385 personnes meurent chaque jour en France d’un cancer, 190 du tabac, 125 de la pollution de l’air, 105 de l’alcool ou d’un AVC sans que cela ne semble faire changer les habitudes de chacun. On focalise là-dessus 24/24 et la paranoïa gagne le rangs. C’est fascinant, mais c’est un peu comme se concentrer sur les femmes enceintes, les Toyota Prius ou les mecs en survet/bananes en bandoulière dans la rue : au bout d’un moment tu ne vois plus que ça ! Ca peut rendre cinglé. Mais du coup le 49/3 passe crème…Certains se rendent enfin compte que la retraite dans 25 ou 40 ans est un concept ambitieux alors que l’on ne sait pas si on pourra passer l’hiver…Alors on s’en remet à Dieu, comme souvent quand on n’a pas confiance en la médecine ou dans le gel hydroalcoolique. Dans certaines églises on a retiré l‘eau bénite pour éviter le propagation…Un bon début. Reste plus qu’à retirer les bibles pour éviter celle des mensonges et des idées rétrogrades dans l’esprit de certains.

Le monde va s’arrêter de vivre, le capitalisme aussi. Ca risque d’être aussi surprenant qu’apaisant ! Mais le chômage technique sera bien plus violent pour les entreprises ou les promoteurs de spectacles que pour les croque-morts, pour qui rien ne change vraiment ! Et l’annulation de certains concerts de Maitre Gims tend également à faire baisser la pollution sonore ambiante.

Le monde va enfin apprendre à ralentir son rythme, à reprendre son souffle et la planète va respirer de nouveau. Un mal pour un bien. Malheureusement éphémère, comme toutes belles choses que l’homme a croisé à un moment sur son chemin. On n’apprend rien du passé, ni des leçons que la nature nous donne, et les masques que l’on porte depuis des siècles ne nous protègent pas des bactéries, mais nous empêchent seulement de voir les choses avec lucidité.

topelement