Nos amis les hommes, 30/12/2014.

Le froid nous a pris par surprise, comme ça, en plein mois de décembre, sans prévenir, comme un poivrot en camionnette sur un marché de Noel, sans crier aéroport comme un pilote d’Easyjet au matin des départs au soleil. L’usager qui en a marre des bûches, se relève les genoux en sang sur le trottoir dominical où il fait pisser son vilain teckel en maudissant les météorologues et les techniciens de surface sénégalais incompétents car peu compatibles avec les températures indécentes de cet hiver inopiné. Quant aux naufragés de la route des stations savoyardes, présageons qu’il doit être toujours plus confortable de passer une journée de sa vie sur les sièges en cuir d’un Range Rover climatisé plutôt que dans les cartons sous un pont parisien ou au bord des routes des déserts syriens. La raclette du lendemain dans un boui-boui étoilé de Courchevel n’en sera que plus appréciable !   Et si par malheur le rhume pointe son nez, les médecins en grève seront faciles à trouver au pied des pistes, leur coup d’éclat correspondant aux vacances scolaires ! Pour la gastro par contre, espérons que les cabinets soient ouverts.

Pendant que certains refont la descente hommage à Schumacher, la Malaisie n’en finit plus de jeter des avions alors que l’Italie préfère couler des ferry bondés, chacun son kiffe ! Mais l’ignominie frappa surtout au cœur de nos foyers électrifiés en ce 25 au soir, le Père Noel ayant à peine déposé le petit Jésus dans la crèche d’une maman Noel enfin consentante : des millions de têtes blondes ne pouvaient plus se connecter en ligne avec leurs Playstation 4 flambant neuves ! Trois jours de frustration, de communication forcée avec sa propre famille, à ne plus pouvoir insulter ses amis et quelques inconnus en tirant à bout portant dans la gueule de ces enculés de métèques qui viennent égorger nos fils et nos compagnes jusque dans nos consoles ! Un enfer en ces périodes de fêtes où certains bambins occidentaux préfèreraient perdre un membre de leur famille, ou leur sœur, plutôt qu’une connexion internet ! Alors que sous d’autres latitudes, des millions d’autres ne savent toujours pas ce qu’est une Playstation , hormis ceux qui la fabriquent, préférant s’amuser avec des cailloux ou des armes, ces jouets ne requérant aucune prise de courant, et n’ayant de toute façon déjà plus de famille à maudire.

Chacun se ruait alors en magasin échanger son mauvais goût réciproque, histoire de s’offrir le bon Cd de Shy’m ou de récupérer un peu d’argent pour s’acheter plus de strass et de bas résille afin d’illuminer le réveillon de toute sa classe pompière et provinciale et d’embraser autre chose que les cierges dégoulinant sur les nappes en papier. En ces temps où la morale tolère les gaveurs d’oie, les fourreurs de pintades et les éventreurs d’esturgeons, le bobo végétarien se badigeonne les papilles de pousses de soja et de jus d’acérola, la militante bio féministe de quelques moules charnues alors que le monde civilisé s’englue dans son cholestérol en s’embrassant béatement. Chacun se retrouvant alors pour digérer devant le grand bêtisier incontournable, programme obsolète et images vues mille fois d’une télévision autocentrée et devenue elle-même un tel bêtiser permanent que l’on n’ose plus rire de ses occupants. Entre les mongoliens de la téléréalité qui ne savent même plus écrire leur prénom (américains en plus), les animateurs ultra brite et les programmes pour demeurés et pensionnaires de maison de retraite, l’on comprend alors pourquoi certains préfèrent passer du temps à dégommer des talibans dans des jeux vidéos toujours moins violents que ces émissions là ! Nabilla, la fille en toc qui a fini en taule, sort comme une fleur au moment où le monde a le plus besoin de leaders et de symboles auxquels se raccrocher. En s’agrippant bien à son string ! Dans un paysage médiatique où les héros de l ‘année se nomment Tal, Kendji Girac, Taylor Swift, Kev Adams ou Christian Clavier, où les nouvelles stars sont des ados interchangeables qui cherchent les like et leur sexualité en vendant du vide sur You Tube à des millions de plus jeunes trépanés qui trouvent ça trop mortel, où d’aucuns espèrent sincèrement que la situation sera meilleure en 2015 et où certains fans homophobes de rap croient vraiment qu’Eminem est gay après avoir vu un seul extrait du tant décrié The Interview , on est en droit de se demander ce que l’on pourra bien souhaiter ce 31 au soir à une génération qui se satisfait autant de sa propre médiocrité et de chocolats industriels. Alors à défaut de la culture, l’amour pourra peut-être encore changer le monde. J’ai déjà 16 like sur Meetic.

Publicités

Nos amis les hommes, 19/12/2014

Dans un élan de lucidité inespéré et rarement vu depuis l ‘invasion de l’Irak en 2003, les Etats-Unis d’Amérique viennent de se rendre compte que les petits vieux attablés à jouer aux dominos en sirotant des mojitos bons et bon marché (contrairement à ceux que les barmen parisiens salopent avec de la framboise pour se donner un genre) auraient du mal à envahir le Texas à coups de bambous et de figues de Barbarie ! Et si cette dernière est plutôt du ressort des méchants dictateurs castristes que des vilains oppresseurs yankees, les choix peu judicieux du célèbre barbu auront conduit son peuple à rouler en Lada en les privant de Mc Do pendant 60 ans, comble de l’ignominie et non respect fondamental des droits de l’homme moderne. Mais entre manger de la merde et ne rien manger du tout, Fidel a choisi son camp, gardant le meilleur de ses chèvres et de ses champs pour remplir le touriste allemand dans les all inclusive de Varadero avant que celui-ci ne se vide dans des serveuses locales ou des danseurs de salsa consentants, appelés alors concubins. Dans cet espoir d’ouverture au monde occidental, les jeunes filles pourront désormais aller se prostituer officiellement sur les trottoirs de Floride et ramener les dollars et les mycoses sur une île enfin joyeuse qui écoutera One Direction au lieu de Compay Segundo subit pendant trop d’années, dans ses Chevrolet à crédit flambant neufs, avant d’aller se gaver aux KFC ou aux Burger King qui redonneront un peu de luxuriance à la côte désertique au coeur des malls gigantesques. Le bonheur enfin. Et les singes blancs du monde entier de pouvoir quitter Varadero pour s’aventurer dans les villages chargés d’histoire sans risque de se faire détrousser par quelques coupeurs de canne à sucre avant d’aller faire des selfies devant Guantanamo où le terroriste s’étiole en sculptant des noix de coco.

De terrorisme, il en fut encore question cette semaine (et comme toute semaine normale avec les grèves de taxis ou de routiers) alors que l’on essayait tant bien que mal de survivre aux queues des épiceries fines ou à faire le deuil de Thierry Henry, ce génie américain qui nous laisse aujourd’hui Olivier Giroud et André-Pierre Gignac comme garant du bonheur tricolore et Eric Di Meco et Xavier Gravelaine comme commentateurs sportifs alors que lui s’en va sur Sky Sports chercher les 31 millions d’euros annuels que les pingres de France Télévision n’ont pas su lui offrir pour commenter la Coupe de la Ligue. Quelle ingratitude ! Pendant donc que les journaux télé se rendaient chez le Père Noel pour filmer son usine à rêves à la solde des fabricants chinois, des enfants pakistanais ne prenaient même pas le temps de finir de rédiger leur lettre avant que des hommes armés (des fans de Marilyn Manson et de jeux vidéos sans aucun doute) ne viennent sonner l’heure de la récré un peu en avance. 132 enfants tombés, massacrés à bout portant par une meute de débiles mentaux qui feraient passer la hyène pour l’être le plus évolué de la création ! Au Yemen, quinze autres tombent pour les mêmes raisons obscures. Mais les caméras sont déjà prises ailleurs. A Sydney, ou un énième abruti habité déploie ses revendications légitimes à l’heure du cappuccino. 3 morts, dont deux blancs riches et parents : le monde est atterré. Comment peut-on laisser ramper la haine jusque dans nos Starbucks ? Pendant que les rescapés de Peshawar s’octroient une minute de recueillement pour les victimes australiennes, je vomis mes macarons litchi-framboise de chez Ladurée.

Pour éviter d’en arriver là, le gouvernement américain aura pourtant dépensé 60 milliards de dollars en 10 ans pour faire de la région un territoire aussi calme et paisible que le Minnesota. Coquette somme plutôt bien employée, le peuple d’Obama vivant depuis la crise de 2008 dans une opulence et un confort frisant l’indécence. Cette même puissance qui après avoir lamentablement échoué en Irak puis en Afghanistan, vient de se voir ridiculiser par des pseudos coréens du Nord et retirent en tremblant un film à l’humour potache de leurs cinémas menacés…Mascarade ou pas, on ne plaisante pas avec un pays qui n’a toujours pas vu La Grande Vadrouille et manie aussi peu l’humour que le troupeau d’intégristes qui brûla en son temps des cinémas jouant « La Dernière Tentation du Christ » ! Il y a des symboles auxquels on ne touche pas. Sauf en France, où les crèches disparaissent désormais des lieux publics, le petit Jésus devant se faire discret. Au contraire des ânes et des bœufs qui sont de plus en plus visibles. Bonnes fêtes…

Nos amis les hommes, 15/12/2014

J’ai pris conscience que la période des fêtes avait déjà commencé l’autre soir devant cette merveilleuse publicité vantant les mérites d’un médicament contre la diarrhée, alors que je n’étais même pas devant TF1. Le bon goût ayant depuis longtemps quitté les médias principaux de nos sociétés abruties, il gagnait depuis quelques temps nos centres-villes où la ménagère s’oblige entre Swarovski et Desigual à gâter ses enfants ingrats et son mari volage qui se doit de gâter sa maîtresse estudiantine et exigeante afin de garder le contrôle d’une sexualité défaillante et de s’éviter les pages faits-divers en éviscérant la première qui lui aurait pris un énième pull moche chez Celio et les suivants qui s’acharnent à repasser leur bac pour la troisième fois afin de ne pas quitter le foyer de moins en moins conjugal en le pompant eux aussi. Pourquoi diantre s’acharner à remplir nos placards alors qu’Al Quaïda est à nos portes et que seul un gilet pare-balles ou un collier en kevlar pourraient nous faire gagner quelques mois ? Alors que les américains n’ont besoin de personne pour s’éliminer entre eux, les 300 millions d’armes à feux en circulation faisant 30 000 morts par an. Desquels il faut retrancher le nombre de Noirs tués par la Police, le chiffre n’étant pas pris en compte officiellement. C’est un droit civique, comme la chasse au kangourou en Australie avant Wake In Fright (merci d’aller voir ce film !) ou les safaris au Zambèze (et pas que des thons !). Les petits américains se sont donc rués sur les calibres lors du Black Friday afin de faire comme papa. Par contre, à votre fille qui ferait des caprices pour se voir offrir un piercing au clitoris pour exciter Kevin avant d’aller s’offrir à lui entre deux vomis de vodka Red Bull dans un réveillon pavillonnaire, optez donc pour l’excision, une solution aussi discrète que radicale, et qui n’empêchera nullement votre petite cagole de s’épanouir pleinement dans sa future vie de femme au foyer et d’aller chez Celio à son tour ruiner les espoirs de Kevin, même si les prédispositions des Kevin à une vie plus classe restent assez limitées.

Heureusement qu’entre deux overdoses de bandes-annonces Starwars, de déferlante Jamesbondesque ou de retour de Terminator à 75 ans, la vie politique et intellectuelle nous ramenait un peu à la réalité et à la problématique principale de notre planète : l’avenir. Au FN, il faudra désormais marcher sur des œufs (pour les plus SM) au sujet du mariage pour tous, les dernières révélations sur la sexualité de certains faisant un peu tâche (pour les plus précoces) dans un parti qui aime les hommes, les vrais : tatoués, blancs et hétéros. Et Marion Maréchal, jeune blonde archétypale de la secrétaire du Vaucluse qui excite les électeurs frontistes pris la main dans l’urne devant Jacquie et Michel. Du côté de l’UMP, on vérifiera aussi quand même à deux fois, tant certains cadres du parti montrent une aisance certaine à enculer les mouches. Et pourquoi pas en faire des émissions Tv, au même titre que cette journaliste égyptienne filmant une rafle dans un milieu homo pour les jeter en pâture à un parterre de téléspectateurs surexcités (dans les deux sens du terme, certains intégristes cachant mal leur érection sous le sarouel à la vue d’un éphèbe bien proportionné). Dans le magnifique Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, une femme est fouettée pour avoir écouté de la musique, pourtant belle, d’autres sont lapidés sans raison…Quand on pense au nombre de cailloux suffisamment lourds qu’il faudrait pour punir tous ceux qui ont passé leur samedi soir devant les NRJ Music Awards, une montagne serait nécessaire pour que cette coutume ancestrale gagne enfin ses lettres de noblesses en Europe. Et ce ne sont pas les prétextes qui manquent avec la TNT !

Et demain matin, petit garçon, tu trouveras dans tes chaussons, sauf si tu es cul-de-jatte, tous les jouets dont tu as rêvé, sauf si tu es pauvre. Au matin de Noel 2014, Garou a bien fait de reprendre cette ritournelle désuète de Graeme Allwright, écrite en 1968, année où il n’y avait ni pauvres, ni cul-de-jatte, mais juste des rêves et des révolutions…