Nos amis les hommes. 27/05/2013

Les français qui s’emmerdent entre deux kermesses ou deux défilés homophobes aiment s’adonner aux joies simples de la vénération aveugle de stars, en se rendant une fois l’an, lorsque le banquier le permet, dans la rade de Saint-Tropez en espérant croiser Bernard Montiel sur un yacht qatari ou se faire humilier chez Sénéquier avec un sirop de grenadine pour 5. La solution cannoise, plus glamour, est elle aussi prisée de ces mêmes badauds, venus en famille hurler leur amour pour Brad, mitrailler les connasses anonymes de la télé réalité ou voir les seins d’Angelina Jolie. Et si certains ont pu être mal informés sur ce dernier point, rien ne saurait remplacer l’excitation passagère de ce séjour à croiser sans cesse starlettes et animateurs de Canal +, pour mieux se faire mousser sur Facebook ou dans la cour d’école. Où l’on ne posera de toute façon aucune question sur les films en compétition. L’intérêt est donc de continuer, comme depuis toujours, à hurler sa propre haine de soi en s’agenouillant mollement devant un parterre d’individus célèbres, le temps de quelques modes passagères. C’est donc dans ce décorum de paillettes, de stupre et de lubrifiants que se jouait l’avenir de quelques films, pendant que les mères de familles respectables (celles qui ne s’agenouillent que devant Dieu, Mr le Curé quand c’est pour le bien des enfants, où leur mari quand il faut vraiment faire sa b-a à Noël) tentaient une dernière fois de faire capoter le mariage pour tous dans les rues parisiennes ! Ces mêmes grenouilles de bénitier là, qui en 1999, défilaient déjà contre le Pacs, persuadées que l’union simplifiée entre deux amoureux pourrait alors changer leurs propres vies, créer des ouragans, faire dériver les planètes ou arrêter le cours des rivières ! 14 ans plus tard, avec plus d’enfants et moins d’intelligence, les voilà qui aboyaient de nouveau ce dimanche, le petit pull jacquard négligemment jeté sur les épaules. Au moins les défilés pour la Gay Pride sont beaux à voir, colorés et musicaux, loin de ces cérémonies sordides où des hordes de haineux moyenâgeux semblent plutôt enterrer définitivement le peu de joie de vivre et d’humanité qu’il leur restait encore. Et voilà que sur ces entrefaites, le gentil Steven Spielberg, celui qui filma si bien les extra-terrestres et la déportation, prit un malin plaisir à remettre la Palme d’Or à un film qui parle de romance lesbienne ! Lui, le père de sept enfants normaux, lui, l’enfant de divorcés qui mit systématiquement la famille au cœur de ses projets filmiques, lui, l’inventeur du blockbuster, venait de consacrer un cinéaste tunisien et un sujet brûlant, poignardant idéalement à l’heure de la prière du soir Christine Boutin et toute sa cohorte de fachos illuminés ! Et celle-ci de se répandre dans les médias matinaux pour exprimer son dégoût pour « cette mode des gays » et leur côté envahissant ! C’est vrai qu’au niveau des cons, l’invasion commença il y a plus de 2000 ans, au moment où un fieffé farceur eut la bonne d’idée d’écrire un livre d’aventures farfelues, sans se douter une seconde du nombre incalculable d’abrutis qui prendrait ça pour argent comptant pour les siècles des siècles ! Et depuis ce jour, sur la foi d’un papa (Adam) et d’une maman (Eve), la destinée humaine se vit radicalement bouleversée. Alors que, Christine, les plus fervents spécialistes s’accordent à dire que l’homosexualité masculine serait née à peu près à la même époque que l’invention de l’anus et que celle, féminine, dépendrait plutôt de la prolifération rapide de trous du cul dans la gent masculine il y a quelques millions d’années….Depuis, des saunas grecs aux salons privés de l’Elysées, des hauteurs d’Hollywood aux backrooms du Vatican, les plus hautes élites politiques, artistiques ou intellectuelles ont toujours aimé se tripoter la tige entre deux décisions importantes. Si ça peut te consoler, même les plus fervents protestants brésiliens viennent de manifester contre ça ! Sachant que chez eux les femmes ont aussi un zizi, tu vois un peu l’ampleur de la tâche !!
Voilà, pendant ces 15 jours, il aura fallu 20 millions d’euros pour avoir fait connaître au grand public des films moldaves ou ougandais que personne ne voudra télécharger illégalement, pour avoir fait rêver les joaillers et les mafieux locaux, pour avoir fait virer Afida Turner et rentrer DSK dans le Palais du bonheur ou pour avoir offert au monde entier une version restaurée de « Sueurs Froides » et de Kim Novak, l’une des deux faisant vraiment flipper ! Mais pendant que certains crient au loup pour ces quelques dépenses en vue de sauver le 7e art, les français (qui veulent vraiment partir à St Trop’ l’été prochain), viennent de claquer 553 millions d’euros en 2012 en jeux et paris en ligne ! Il faudrait donc désormais, et sur tous les sujets, commencer un peu à réfléchir avant d’ouvrir sa gueule par principe. Même si c’est dans nos gênes ! Surtout que les temps obscurs et les idées nauséabondes sont loin de disparaître : Christian Clavier vient d’annoncer « Les Visiteurs 3 ». Vive le cinéma, vive la France !

Publicités

Nos amis les hommes. 19/05/2013

Pour de légitimes raisons de bonne santé économique, certains pays s’étaient courageusement refusés à participer à ce qui reste encore comme la plus grande énigme télévisuelle du 21e siècle, l’Eurovision ! Pour de légitimes raisons de bon goût musical et vestimentaire, on aurait aimé que l’ensemble des pays en fasse autant. Ainsi donc la Turquie, déjà privée d’envoyer un bel éphèbe hétérosexuel à la Tarkan en Suède, a t-elle décidée de priver des millions de supporters moustachus de Galatasaray de cet ultime moment de grâce, à la seule excuse que la candidate finlandaise embrasserait pendant sa prestation une danseuse du même sexe ! Quel homme, fut il moustachu, n’a t-il jamais rêvé de passer une soirée entouré de finlandaises qui s’embrassent, quitte à supporter n’importe quelle chanson indigente pour 3 minutes de plaisir? Il n’en fallait pas plus en ce jour arc en ciel (c’est une image, le ciel peut lui aussi aller se faire mettre !) où le conseil constitutionnel approuvait le mariage pour tous, pour que Christine Boutin appelle au boycott de cette petite sauterie colorée et européenne et incite ses ouailles à regarder la finale de The Voice sur TF1, cette chaîne sûre de son bon goût et de ses orientations politiques et artistiques ! Une chaine française, Monsieur !
Alors que sur France 3, où la vie est souvent plus belle, voilà que l’on se doit de déprogrammer à contrecœur l’increvable Derrick (devant lequel sont morts des milliers de pensionnaires d’hospices depuis 30 ans !) rapport à son passé nazi !! A l’heure où la sieste s’annonce plus compliquée, il faut savoir faire la part des choses et reconnaître avec honnêteté qu’Hugo Boss fait de très jolis costumes et que Benoît 16 avait un côté attachant. Qui n’a jamais fait d’erreur dans son adolescence, ne serait ce que découper des Barbie ou électrocuter un chat pour tester ses limites ? Hein ? Allons, allons… En même temps, chez les Le Pen, ça ne va pas très fort. Jean-Marie s’amourache des loches de Nabilla, Marine s’en prend à Dylan qui ne mérite pas vraiment une légion d’honneur (alors que Daniela Lumbroso qui a fait beaucoup plus pour la chanson à textes l’a eue, elle) et voilà qu’au moment où l’état se casse le cul pour faire disparaître le mot « race » des lois françaises, Marine se casse le sien en tombant dans un piscine vide. D’ici à ce qu’elle se mette au slam pour réciter ses discours vomitifs à l’avenir, il n’y a qu’un pas, qu’elle devra cependant faire avec une petite canne.
Où le Festival bat son plein. Le hipster est venu faire prendre l’air à sa barbe et profiter de la pluie locale pour oublier le mauvais temps parisien, mais bien abrité au cœur de la Villa Schweppes, centre du monde momentané où s’échangent cartes de visite, platitudes et mycoses comme à l’accoutumée au Silencio, mais en plus glamour. Hey, what did you expect ? Pour les films, chacun pourra alors les regarder sur clé usb une fois rentré à la capitale. Entre les DJ set et les soirées privées il y a des priorités que diable ! Au moins pourront-ils oublier un instant que la vie normale continue à l’extérieur, apportant ça et là son lot de réjouissances quotidiennes. Ici cet enfant de 5 ans tué à coups de marteau, sans doute une mère bricoleuse, là ce bébé polonais né avec 4,5 grammes d’alcool dans le sang ! Si ce n’est pas faire honneur à sa patrie, à ce niveau ! Où ce suicide à la maternelle, geste fort qui remplacera dans les jeunes esprits tous les conseillers d’orientation à venir et rappellera aux cancres l’importance des maths dans l’avenir professionnel ! La sauvagerie est partout. Même chez Virgin, où les beaufs sont venus s’essuyer les pieds sur le cadavre encore fumant d’une entreprise qu’ils ont un peu eux mêmes contribué à défoncer à grands coups de téléchargement illégal. Mais là, quand même, à 50% sur tout, il eut été ballot de ne pas profiter de l’aubaine de mettre enfin les pieds dans un magasin culturel. Où l’on put dès ce vendredi acheter l’album de Daft Punk en vinyle et se passer en boucle « Touch » ou « Lose yourself to dance », fermer les yeux et s’évader un moment. Grâce à deux robots bien plus humains que tout le reste.

Nos amis les hommes. 14/05/2013

Entre deux averses taquines, le printemps déroulait gentiment son rouleau de banalités quotidiennes aux yeux de spectateurs fatigués qui regardaient pourtant tout, en n’y voyant que dalle. L’œil humain s’habituait doucement à l’effet stroboscopique d’un trop plein permanent d’images inutiles, mais qui comblait des vides et rassurait chacun sur la bonne santé du monde. Alors comme d’habitude on ne prêtait plus guère attention à cette femme retrouvée dans une valise (par quel miracle de souplesse était elle arrivée là, tout en se coupant au passage quelques membres ?), à cet enfant de 12 ans qui trucida sa petite sœur de 8 ans au couteau en faisant croire à un cambriolage (un américain, certes…), à ces touristes revenus de Dubaï avec une petite quinte de toux (il faudrait alors retrouver tous les passagers du RER…), à cet homo tabassé en Russie (alors que le reste de la population porte aussi des pelisses de mauvais goût), à ces ouvriers du Bangladesh qui préparaient les soldes pour H&M et Zara au moment où leur usine de fortune en écrasa soudain 1200 d’entre eux, alors qu’il restait des étiquettes à coudre ( que dirait alors le consommateur européen au matin d’aller claquer sa paie avant de partir au soleil ?) Les industriels se remettaient doucement en question, proposant de faire désormais des murs avec de vraies briques, après avoir longtemps décimé une bonne partie de l’Asie mineure ( la majorité a moins de 18 ans) dans des explosions de grisou, des émanations toxiques ou à cause de rythmes difficilement supportables pour des corps à peine formés… Avec de bons avocats on arrive à tout, dit-on régulièrement en politique, et ce n’est pas l’industrie pharmaceutique qui dira le contraire, alors que ses millions de petites pilules tuent chaque année quelques millions de patients à travers le monde qui ne demandaient qu’à soigner un rhume ou éviter des grossesses avant d’aller se faire ôter des tumeurs grosses comme des noix ou l’inverse ! Je ne sais plus pourquoi je pensais à ça, alors que mon proctologue était à deux doigts de me rassurer sur la vigueur de ma quarantaine naissante.
Heureusement que le foot nous apportait son lot de consolations et de réjouissances hebdomadaires ! Il fallait vraiment être réfractaire à ce sport noble (ou avoir vécu enfermé pendant 10 ans dans une cave de Cleveland) pour ne pas avoir vu venir le titre d’un Paris Saint Germain nouvellement relooké pour la gagne ! Sauf ses supporters, dont la majorité n’était pas encore doté d’un cerveau à l’époque du dernier titre du club de la capitale ! Pendant ce temps-là au moins ne parlait-on pas de Christine Boutin ou Claude Guéant, ces moralisateurs rétrogrades au look aussi moyenâgeux que leurs idées flétries ! Mais c’est bien le jovial Jean Sébastien Vialatte, député UMP (encore un) qui leur coupa la chique, se fendant sur Twitter d’une comparaison osée entre les casseurs et les descendants d’esclaves et le fait que Christine Taubira puisse prendre leur défense….Une phrase mémorable, magique, à la hauteur des bassesses politiques dont ce lot de décérébrés nous abreuve depuis maintenant trop d’années, et qu’il faudrait, à un moment donné, empaler ou trépaner violemment pour rester dans la thématique et l’époque qu’ils défendent ardemment!
Je décidais alors d’investir dans un nom de domaine puisque le « .paris » allait être bientôt disponible et proposais http://www.jencule.paris, site pro gay et anti supporters parisiens où l’on pourrait parler de tout sauf de ce qui est dans l’actualité ! Comme de l’album de Daft Punk, qui semble déchainer contre lui des torrents de haine que les plus grands dictateurs n’espéraient même pas ! L’internaute s’en prend désormais aux buzz plus qu’aux albums et ne sait plus quoi dire pour montrer son courroux et l’étendue d’une inculture qui était bien tapie dans l’ombre avant l’heure des blogs obligés et des commentaires anonymes. On y parlerait d’amour, de fantômes, d’espoir, de pâquerettes et de petits lémuriens. On y apprendrait que le moustique tigre est zébré avec une ligne blanche au milieu du thorax. Et qu’il est toujours bon de le savoir au moment où l’on s’apprête à lui éclater la gueule vers 3 heures du matin. Et puis se rendormir, serein.