MORTEL

Ce sont les spectateurs qui en parlent le mieux !

Prochaines dates :

LYON, 10/10, 19h à La Girafe Qui Se Peigne.

PARIS, 13/10, 20h, Le Sonart, Pigalle.

LYON, 24/10, 19h à La Girafe Qui Se Peigne.

VALENCE, du 29 au 31/10. L’Appart Café.

Un extrait en exclu !

Polémiquons. 3/09/2020

La polémique est le sport favori des cons et de ceux qui n’ont pas de vie, le hasard voulant que ce soient souvent les mêmes. Portant en généralt sur des sujets qui devraient normalement faire deux lignes dans la presse quotidienne régionale, les polémiques récentes (le burkini, le mariage gay, le sketch de Laura Laune sur les baskets, la moustache de Léonarda, le projet de construction d’une médiathèque à Pesmes en Haute-Saône, le spécisme, le véganisme, le trouduquisme, les personnes genrées, les tweets immatures de la jeune Mila (alors que ceux de Trump ne posent aucun problème),  la bite de Griveaux, les t-shirt Décathlon, les seins nus à la plage, les préférences sexuelles de Yann Moix, le port du masque, les sorties hasardeuses de JK Rowling, l’ensauvagement ou le retour de Keen V…) montrent ô combien l’on se passionne pour des problèmes qui ne devraient pas l’être, sous couvert d’explosion des réseaux sociaux et de la montée d’un complotisme bon teint qui gangrène tous les rebelles et les libres-penseurs que comptent nos PMU.

A défaut de lire des livres, on s’occupe comme on peut. D’ailleurs celui d’Agatha Christie qui fait « polémique » aujourd’hui, prouve que les journalistes, en plus du grand public, aiment rester à la surface des choses pour un peu de buzz et de clics qui viendront faire croître leur petite communauté. Agatha Christie a réglé elle-même ce problème en 1940, le livre « Dix Petits Nègres » sortant aux Etats-Unis sous le titre « And Then There Were None ». 80 ans déjà qu’elle a rebaptisé son oeuvre, sentant bien que l’époque n’était déjà plus trop prompte au dénigrement racial (même si c’est toujours loin d’être gagné, ici comme aux USA !). Débaptisé en Allemagne, en Italie dans les années 40, en 1980 en Angleterre, la France est encore une fois la seule grande nation à avoir conservé ce titre jusqu’en 2020 (mais bon, dans un pays où les pubs Banania et Michel Leeb amusèrent la galerie à l’aube des 90’s…), et c’est juste ce point-là qui devrait faire polémique ! Reste à régler le problème des Negro Spirituals, des têtes de nègre, des Négresses Vertes, des nègres qui écrivent les livres de certains polémistes, du Negresco et de Pascal Nègre.

Voilà qu’une poignée d’excités s’en prend également à l’appropriation culturelle, concept au combien vague, vu que le monde entier s’est un peu construit sur l’appropriation culturelle des uns et des autres, chacun pillant ça et là des richesses, des recettes, des coutumes, des idées, des terres, des chansons ou des inventions. La vie quoi…Mais peut-être faudrait-il aujourd’hui rendre tout cela pour calmer le courroux de certains ? Arrêter de manger des pizzas, des tacos, des kebabs ou des crêpes, ne plus écouter de jazz, de blues, de zouk ou de rnb latino (mais là-dessus on est d’accord), ne plus lire l’alphabet, ne plus utiliser la roue, ne plus boire de mojitos et de Spritz en terrasse, ne plus consommer américain pour éviter de s’approprier aussi leur cholestérol, arrêtez le feng shui, les meubles Ikea, les saunas et le bukkake. Interdire le judo. Ne plus se baigner dans la mer, c’est pas chez nous, ne plus s’attrouper en masse devant un Star Wars ou un Marvel, arrêter de porter des tongs, des pantacourts ou des Crocs…Arrêter les voyages, car ça peut nous donner envie de ramener un souvenir, un boubou ou une maladie tropicale.

La culture doit être au contraire partagée, au plus grand nombre, pour éviter des complotismes récurrents et des débats stériles sur des sujets peu utiles au développement et à la survie de cette planète. Là, en l’occurrence, la chanteuse Adèle se fait réprimander pour ses tresses d’inspiration un peu trop africaine et son maillot de bain aux couleurs de la Jamaïque. On peut à la limite parler de mauvais goût ou de débilité marketing, mais d’appropriation…franchement ! Perso je ne porterai jamais le maillot de l’équipe de France en public, je n’ai pas l’âme cocardière, alors que celui du Chili, de l’Islande, des Cosmos de New-York ou des Pays-Bas 74, ça a plutôt la classe.

A l’heure des trolls, de la haine gratuite sur Twitter, des chroniqueurs télés, des putes à click et des videos Youtube, il serait peut-être plus constructif de mettre toute son énergie négative à brasser du vent pour faire sa propre électricité plutôt qu’à gâcher celle des autres avec des débats à 2 balles. Mettez les dans votre fusil et allez à la chasse ! (Les nouveaux clips de la fédération française m’ont grave donné envie ! Ca à l’air top cool et trop stylé la chasse à cour.) Et puis, tiens, avec tout ce temps gagné, on pourrait peut-être enfin se concentrer sur des sujets sérieux et décisif pour les années à venir. A l’heure qu’il est, je vous rappelle que l’on ne sait toujours pas où va jouer Lionel Messi à la rentrée.