Nos amis les hommes. 30/09/2013

Ah pétillante Belgique, terre de contraste houblon et bruns font bon ménage, où wallons rougeauds et flamands roses partagent leur haine ancestrale et leur passion des moules en buvant plus que de raison. Ce plat pays qui ne sera le mien pour rien au monde, mais qui donna à l’auditeur français quelques unes de ses plus grandes plumes, de Jacques Brel à Plastic Bertrand, de Lara Fabian à JJ Lionel (La Danse des Canards), qui offrit au cinéphile ses plus beaux acteurs comiques, de Benoit Poelvoorde à Bouli Lanners, de François Damiens à Jean-Claude Van Damme. Cette contrée hospitalière où le Picard se sent comme chez lui quand il va aux putes ou chercher du pain parce que les miches sont plus attractives de l’autre côté de la frontière. Cette nation pluvieuse enfin, où l’enfance et la brique rouge se désagrègent tranquillement sous le poids des coups et de l’ennui, mais qui sut donner à la pédophilie mondiale ses lettres de noblesse. Quel ne fut pas d’ailleurs l’étonnement du jeune Brandon alors qu’il chantonnait sous sa douche le succès de la vedette locale Stromae, « Papaoutai, papaoutai », quand ce dernier lui répondit : « Dans ton cul ! ». Une bien vilaine histoire, qui nous rappelle que ce genre d’évènement déplorable peut se dérouler à Maubeuge ou Clermont-Ferrand (villes qui regroupent toutes les caractéristiques pour être rattachées à la Belgique) à partir du moment où le quotient intellectuel d’un pneu est plus élevé que celui de certains couples autorisés à avoir des enfants. Et malgré un prénom à faire frétiller bien des pervers, ce n’est pas la petite Fiona qui dira le contraire !
Mais peut-on réellement s’attarder sur ces faits divers alors qu’un Burger King ouvre à Paris ? Bien utile pour patienter entre deux grèves à la SNCF, l’arrivée d’un nouveau pourvoyeur de cholestérol permettra au moins à certains acharnés de ne plus prendre l’autoroute A4 vers Reims ou l’avion pour Marignane à la moindre envie inopinée de se taper un Whopper ! Et rien de tel qu’un repas américain de qualité pour accompagner le retour tout aussi léger de « Danse avec les Stars » sur TF1. A l’heure où Manuel valse, on pourra enfin prendre des nouvelles de l’humoriste Titoff, de notre ami Keen V, ce zoukeur normand qui ferait passer Bigard et Sebastien pour des poètes romantiques, ou de la petite Alizée dans laquelle certains avaient mis beaucoup d’espoir, à défaut d’autre chose, la lolita étant mineure à l’époque. On suivra donc avec attention les performances de nos champions préférés. Mais dans un concours de ce prestige si la meilleure c’est Tal, quel sera le niveau des moins doués ?
Tous ces piètres chanteurs que la télévision recycle depuis des années dans ces programmes prémâchés pour spectateurs avachis nous poussent au moins à comprendre pourquoi le métier de disquaire tend à disparaitre depuis l’apparition des télé-crochets en tous genres. Plus besoin de grands spécialistes en effet pour arriver à fourguer des barils de Grégoire ou de Christophe Maé, des chariots de Prêtres ou de Luc Arbogast pour un Top 50 qui nous ferait presque regretter Marc Toesca et les années 80 ! Les grands stratèges du commerce de masse ayant déjà réussi à enterrer Virgin, s’en prennent désormais à la Fnac où les vendeurs spécialisés s’étiolent entre deux caisses à ranger et des centralisations à tout va. L’arrivée des aspirateurs et, on l’espère d’un rayon tondeuses à gazon (qui n’a pas rêvé d’en acheter une pour couvrir le bruit du dernier Céline Dion acheté par Madame), devrait cependant relancer l’enseigne au moment où l’industrie de la musique est sur la voie du redressement (merci Daft Punk et Stromae ) ! Mais si les métiers de la culture étaient tenus par des génies plus que par des actionnaires sourds, Richard Hawley serait aujourd’hui invité chez Laurent Delahousse, Elliott Smith, Vic Chesnutt ou Mark Linkous sortiraient encore des disques et les boys band se limiteraient aux animations des parcs Disney ou aux anniversaires dans les hôpitaux psychiatriques. Heureusement arrive bientôt un nouvel album d’Arcade Fire, groupe le plus passionnant du moment et un nouveau disque de Bertrand Cantat qui devrait avoir le mérite de montrer où se situe le niveau des conversations en France, certains ne faisant pas la part des choses entre l’art et la vie privée, mais continuent d’écouter des disques produits par Phil Spector. Même si ce n’est pas la claque annoncée, on partira du principe que chacun a droit à une seconde chance, de Bernard Tapie à Sarkozy, de Patrick Dills à Sophia Aram, Cantat essayant lui de retrouver un peu d’humanité en faisant ce qu’il sait faire de mieux : des chansons. Avec dignité, « droit dans le soleil ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s