Nos amis les hommes de 2018. 31/12/2018.

Et en 2018 il était où Benalla ? Dans ton cul.

Voilà donc un bon résumé de cette année écoulée, où un nouveau barbu à réussi à prendre toute la couverture médiatique, éclipsant la victoire des Bleus et les problèmes cruciaux, tout en remettant au goût du jour la grande époque des barbouzes et autres petites magouilles d’état, dont on ne savait pas grand chose avant l’invention d’internet et de la quête de la vérité journalistique.

Enfin, Mediapart, Le Canard et quelques autres contre les médias suceurs de boules et les chaines d’infos en boucle, bourrées d’experts en expertises et de sujets sans fonds. Comme un Voici avec des images qui bougent, mais sans starlettes à poil. Puis l’Internet. Enfin Tweeter. La plateforme à l’oiseau blanc, pas forcément symbole de paix, qui aura résumé à peu près une société devenue en moins de 20 ans aussi  fréquentable que la bande de Gaza ou qu’un terrain de foot corse. Haine, racisme, homophobie, insultes, gratuité, superficialité et violence à tous les étages, comme si tous les débiles et les gens frustrés qui ont une connexion s’étaient retrouvés dans une immense prison à ciel ouvert, pour se cracher leur mal de vivre au visage. De loin, c’est socialement fascinant à regarder. De près, c’est assez flippant, vu que tout est commenté et analysé par le prisme des tweets, retweets, like et nombre d’abonnés de ce défouloir numérique. Mais bon, entre les trolls, les fake news et autres courageux planqués sous des pseudos, n’oublions pas que le chef de file se nomme Donald Trump, et que chacune de ses décisions ou de ses répliques célèbres se passent par tweet. Merveilleuse époque où l’on chasse des Pokemon en trottinette, où l’on s’abrutit devant Fortnite avant de suivre les stories Instagram de ses contemporains en guise de livre de chevet. En 2019, le monde se divisera en 2 catégories : ceux qui rentrent encore dans une librairie, et les autres…

Mais si Nabilla, Hanouna et les sœurs Kardashian sont les nouveaux Prix Nobel, doit-on s’étonner  que l’indécence et la vulgarité dominent la culture populaire?  Twerk, botox, grosses bagnoles, guns et chaines en or qui brillent devant les yeux des kids émerveillés par tant de réussite et de bon goût. Pendant que d’autres ont des orgasmes devant le mariage des endives princières anglaises… Chacun ses perversions. La perte de XXXTentacion est bien plus douloureuse que celle de Stephen Hawking, la mort de France Gall toujours plus regrettable que celle d’Aretha Franklin…Et Aznavour vendra toujours moins que Johnny, son héritage culturel n’excitant pas autant les foules affamées…Qu’on nous donne l’envie d’avoir envie de continuer…Dans un pays qui s’extasie sur 3 Cafés Gourmands, Amir et Kendji Girac, et où il faut trouver Aya Nakamura cool pour se la raconter entre moustachus dans les soirées after-working. Oui mais je rappelle que Jean-Jacques Goldman est encore la personnalité préférée des français !! Un mec qui ne fait rien de spécial depuis plus de 15 ans, qui vit à Londres sans que les gardiens du temple franco-français ne s’en émeuvent ! Alors que Michel Sardou est encore actif !!

Hormis Benalla, les stars de l ‘année se nomment Redoine Faïd, Jonathann Daval , Booba et Kaaris…Des petites frappes, contrairement à Pavard… A défaut de laisser une trace dans la musique, autant la laisser dans les faits-divers ou sur la gueule de son adversaire. Autant d’importance donnée à de si petites personnes, comme Le Seigneur des Anneaux passé à l’autotune. Et eux savent aussi parler Hobbit.

2018 aura été la 4année la plus chaude depuis 1880, mais Trump s’en fout. C’est la faute aux Chinois. Qui sont en l’an 4716 , alors que les musulmans attaquent l’an 1440…C’est dire qu’on ne sera jamais sur la même longueur d’onde…Ce qui ne varie pas, c’est le nombre de tueries de masse aux Etat-Unis : quasiment une par jour. Plus de 350 morts et de milliers de blessés. C’est fascinant. Et les tueurs ne sont ni arabe, ni mexicains…Mais américains, de souche, blancs et souvent ex-militaires ou néo fachos. Et Dieu dans tout ça ? Niveau partage et accueil, les leaders du monde libre, Trump en tête, n’ont pas tout compris à leur catéchisme ! Il faut d’abord veiller à construire des murs, ériger des barrières, empêcher les mélanges, faire en sorte que les vilains migrants ne viennent pas manger nos bûches de Noel et que les méchants pédés ne violent pas nos enfants pour les transformer en loup-garou et éradiquer la race aryenne. Mettre à mal, en sorte, tout ce qui fait que l’humanité est ce qu’elle est aujourd’hui, en oubliant comment la vieille Europe s’est nourri des racines de chacun, africaines comme asiatiques et comment ces mêmes vieux européens sont allés gaiment massacrer tout un continent amérindien pour permettre aujourd’hui l’expansion des Starbucks, des Mc Do, du cholestérol et la prolifération des villages haut de gamme pour retraités floridiens, qui mouillent leur fond de culottes et touchent leur fond de pension grâce aux bénéfices que n’auront jamais les employés de nos belles entreprises françaises.

Si les gilets jaunes ont une réelle envie de s’en prendre aux vrais responsables…Ca leur fera une occasion d’aller visiter Disneyland. Parce que leur colère ne changera pas grand chose à la situation…Et le fait d’y mêler racisme, quenelles et haine des riches non plus. Puis on sait comment ça se passe, hein ! Le jour où on gagne le pactole au loto, on devient vite un Tuche ! Mais qu’ils se rassurent, même les très très riches ont souvent mauvais goût. Même si le vison se marie bien avec les putes de l’est.

Des millions d’âmes égarées vont encore s’en remettre à Dieu, où à l’alcool, pour balancer leurs vœux sans y croire, faire grossir leur corps et la marge des opérateurs téléphoniques et prendre des dizaines de bonnes résolutions qui vont s’évaporer dès les premiers coups de froids de janvier. Pendant ce temps-là, des millions d’autres continueront d’y croire, de se battre, de lutter contre la pauvreté, le harcèlement, les violences, la connerie humaine et les idées reçues, de protéger les animaux, la nature, tous ces petits combats qui font sourire les cons et les industriels. Il y a de l’espoir. Et du boulot. Mais on verra ça le 2, tu vois, parce que ce soir on prévu de se mettre à l’envers et d’en profiter un max. C’est toujours ça que les migrants n’auront pas ! Et avec un peu de chance y aura des Mon Chéri et des citrons givrés…

2018 année de la fuite..

pere-noel-poubelle

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s