Be Bop A Lula . 13/07/2017

Parfois, alors que la vie nous sourit comme un enfant normal acceptant un bonbon d’un prêtre lyonnais,  une partie de nous se brise soudainement, comme un iceberg géant se détachant de la banquise pour aller s’écraser sur l’Argentine et engloutir les derniers espoirs de corruption de despotes sud-américains. Ainsi donc, sans prévenir et avant les soldes d’hiver, Colette va fermer son concept store, mettant une population parisienne à la rue sans plus de ménagement qu’un CRS Porte de La Chapelle. Où pourrais-je alors trouver cette eau minérale pétillante des steppes de Mongolie à 38 euros le litre ou acheter un hand-spinner Vuitton plaqué or pour faire une blague à mon neveu Dimitri, qui en plus d’avoir un prénom ridicule a aussi perdu ses doigts à cause de l’explosion de son vapoteur diesel. Il a déjà les moufles Kanye West du coup…C’est si compliqué de leur faire plaisir à cet âge. Le mauvais goût va donc encore triompher.

Et ça tombe bien, Donald Trump vient d’arriver en France. Dans un pays qu’il trouve aussi triste que le Dakota du Nord et où les dangereux habitants promènent leur liberté et leurs bichons sans armes, Rouquemoute 1er va pouvoir commémorer la guerre, sans laquelle il n’y aurait pas de paix durable, d’entreprises florissantes et de peuples dociles. Quelqu’un a-t-il déjà entendu un japonais se plaindre depuis Hiroshima ? En espérant donc que le président se liquéfie lentement au soleil parisien pendant qu’il regardera voler des avions dont les prix indécents pourraient nous aider à payer des écoles plutôt qu’à bombarder celles de peuples déjà bien opprimés. Peut-être pensera-t-il alors à ce bout de banquise, qui au-delà de solutionner son problème mexicain pourrait aussi lui rafraîchir les idées sur les conditions climatiques démentielles qui ravagent en eau ou en feu une bonne partie de la planète depuis des années ? Peut-être pensera-t-il à cette mère lorientaise et prévoyante qui congela ses trois fœtus pour leur éviter des coups de soleil certains ? Peut-être pensera-t-il à la disparition prochaine de tous ces animaux dont la diversité fit un temps la réputation de la planète Terre ? Mais il y a de grandes chances qu’il s’en foute comme de ses 18 premiers trous. Sûr qu’un 14 juillet au Golf Club de Miami, serait plus en rapport avec ses compétences historiques.

En attendant que Froome ne déboule ici les mains dans les poches après un énième Tour de France plein de suspens, alors que les français n’en peuvent plus de joie à l’annonce d’Olympiades hors de prix qui viendront compenser dans nos budgets la baisse de la taxe d’habitation, à l’heure où les footballeurs moyens s’épanouissent dans le championnat turc, à l’heure où les niçois commémorent le retour de Christian Estrosi, à l’heure où Bolloré réclame des dommages et intérêts au CSA pour avoir sanctionné Hanouna, à l’heure où Christine Angot s’apprête à devenir encore plus détestée qu’Hanouna, à l’heure où le tube de l’été n’a plus l’exclusivité de la musique de merde (c’est toute l’année désormais), à l’heure où le jazz a 100 ans, je vais me mettre un bon vinyle de Nina Simone, boire deux ou trois mojito, manger une plaquette de Xanax et m’endormir devant un vieux film italien. Réveillez-moi en octobre, quand il fera plus frais.

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Be Bop A Lula . 13/07/2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s