Aveuglement. 10/11/2016

J’ai encore du mal à applaudir à deux mains les fabuleux experts politiques, car ça glisse un peu avec la vaseline. Mais voilà des mois que des instituts et des intervenants grassement payés se mettent le doigt dans l’œil et nous fistent avec les 4 autres ! L’Angleterre n’aurait jamais du dire oui au Brexit, la France aurait du terrasser le Portugal, Sylvie Tellier aurait du gagner Danse avec les Stars au Chômage et Trump n’avait aucune chance d’accéder à la fonction suprême. Voilà, voilà. A force de s’en remettre à des certitudes, à des sondages foireux ou à des otaries mentalistes pour tenir le gogo en éveil pendant des mois, les spécialistes en oublient parfois qu’une bonne partie du globe ne vit plus dans le même monde qu’eux, ne regardent jamais les news, ne parlent pas le langage de Wall Street et ne lisent plus les journaux, parfois parce qu’ils s’en foutent et souvent parce qu’ils ne savent pas lire. Tous les laissés pour compte d’une Amérique qui a un peu trop tiré sur la corde de la mondialisation et de la spéculation boursière, et qui a vu tout ça lui exploser à la gueule comme de petites hémorroïdes trop mûres, tous ces ouvriers, ces artisans de l’Amérique profonde, qu’une chanson de Springsteen ne suffit plus à réconforter, tous ces gens-là sont sortis de leurs mobile-home à crédit et de leur bicoques branlantes pour aller chercher un nouvel espoir dans les urnes. Parce qu’entre l’opulence, la légèreté et la culture des arrogantes New York et Los Angeles, on en oublie parfois que la majorité des américains passe son temps dans leurs champs, leurs usines ou leurs commerces dans une précarité bien éloigné des fastes de quelques acteurs, chanteurs et parvenus millionnaires venant répandre leurs précieux conseils avant chaque élection. Mais depuis rien ne change, sauf le compte en banque des vedettes.

Il serait donc un peu simple de taper aujourd’hui uniquement sur les analphabètes, les sportifs, les vieux, les agriculteurs et les chasseurs pour expliquer l’arrivée au pouvoir d’un rouquin hystérique, homophobe, raciste, beauf, incompétent, inculte, et milliardaire. Milliardaire, certes, mais avec un langage direct et sans faux semblants, qui appelle une chatte une chatte et un musulman un terroriste. Pas de flonflons, pas de gants avant la coloscopie d’un pays qui n’a jamais été en paix avec lui-même depuis que le gros Colomb y a foutu sa merde avec ses potes conquistadores. Un pays de bâtards mais qui n’a jamais été aussi fier de ses origines « américaines », tout en oubliant ses racines et ses métissages. Trump est d’origine allemande et écossaise, ses femmes tchèque ou slovène, (mais tant qu’on reste dans le blanc, même orangé !) et ne supporte pas les métèques mexicains ou afro-américains qui ont pour lui une grande part de responsabilité dans le développement et la chute de ce pays schizophrène !

Mais au delà de ses millions, Trump est un pur produit de ces années de télé-réalité dégueulasses où chacun vient étaler en string son inculture et son inutilité quotidienne en faisant reculer chaque jour les frontières de l’imbécillité. Idiocracy, en live. Le film de Mike Judge vient de prendre corps sous nos yeux éberlués, comme certaines prophéties de Black Mirror, série flippante car terriblement juste. Des abrutis viennent d’ailleurs de sortir l’appli de notation vu dans le premier épisode de la saison 3 ! Comment donc s’étonner de la toute puissance d’un tel individu alors que la télé est pour des millions de paumés, la seule fenêtre sur l’extérieur et la véracité d’un monde qu’ils ne comprennent plus et qui ne les a, de toute façon, jamais compris ?

La double prouesse d’Obama est donc assez extraordinaire, quand on voit le basculement actuel. Mais le système financier et politique en place n’est plus en phase avec la réalité concrète de toute une population, ici comme ailleurs. Il semblerait bien aussi qu’une grosse partie de la jeunesse, peu concernée, ne se soit pas sorti les doigts du cul pour aller enfin faire un geste utile avec une machine électronique, et s’assurer un avenir serein plutôt que de choper des Pokemon…L’Amérique est désormais aux mains des suprématistes blancs, en plus des banquiers et des industriels. Et même si Bernie Sanders était une solution beaucoup plus crédible qu’Hilary, cette parvenue, nul doute qu’on aurait pu s’attendre à un petit accident de vélo dans les mois suivants…Les grands humanistes n’ont jamais fait long feu au pays des cowboys. Ne reste plus qu’à attendre et voir ce qu’il va se passer dans les semaines à venir. Pour que les Bush père et fils s’en détachent, on n’est pas à l’abri de jolis éclats trumpistes pour animer notre année 2017, qu’on imaginait un peu morose par rapport à cette année 2016 fastueuse.

Et pour l’heure les experts nous disent qu’il est impossible que Marine Le Pen gagne au second tour.

5027730_3_5561_des-personnes-regardent-le-resultat-des_2d1024baf2f46439ab7564957

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s