Louis CK. Rouquin marteau.

Louie

Louis C.K ne dit encore rien à personne de ce côté ci de l’Atlantique. Pas assez beau, pas assez célèbre, pas assez formaté… Pourtant, après 25 ans à trainer sa bedaine sur les nombreuses scènes de stand-up que compte l’Amérique, à écrire moult scénario et late shows pour d’autres, Louis s’est offert sa propre série. Un luxe, plus qu’un caprice, dans un monde où les pics d’audience sont les garants de la survie télévisuelle. Après un faux départ pour HBO en 2006, ce fils de parents irlando-mexicains au nom hongrois (Szekely) est devenu « Louie » depuis 3 saisons sur FX. Une série qui ne parle que de lui. Qu’il écrit, produit, réalise et qu’il monte également ! Afin d’éviter toute ingérence dans son univers décalé ! Et pourtant, jamais série aussi personnelle n’aura semblé parler à tant de gens. Parce C.K a une arme, peu utilisée ailleurs : dire la vérité, simplement. Se montrer tel qu’il est au quotidien, sans embellir la chose, sans guirlandes…Alors « Louie » parle de lui, de nous et de tous ceux qui pensent que la vie est globalement merdique si l’on n’y prend pas garde, si l’on se laisse happer par la banalité ou le rythme infernal des grandes villes tentaculaires. Ici New York. Alors qu’il écume les scènes de Comedy Club pour gagner sa vie, Louie partage le reste de son existence entre ses filles dont il a la garde alternée, ses amis comédiens plus ou moins ratés, des conquêtes féminines souvent au bord de l’hystérie ou de la névrose, ses spectacles en province, ses frustrations sexuelles et ses visites chez le médecin ! « Louie » est une série jazz, jamais linéaire, cruelle, mais d’une justesse folle sur les rapports humains et les concessions qu’un homme de 40 ans passés n’est plus à même de faire ! Sous une banalité affligeante, Louie cherche juste à être une meilleure personne, à comprendre ses enfants et le monde qui l’entoure, en balançant le soir les pires horreurs sur scène, comme pour exorciser ses peurs et ses angoisses de finir tout seul. Tranchante, incisive, gênante, parfois chiante, « Louie » est une série qui vit et qui assume pleinement son rythme bancal et décousu. Souvent touchante (l’épisode en Afghanistan), la série fait aussi la part belle aux invités de luxe (Ricky Gervais, Chloé Sévigny, Jerry Seinfeld, Chris Rock, Jay Leno, Sarah Silverman ou David Lynch dans un rôle plus que lynchien !), mettant brillamment en valeur les doutes de son personnage principal. A l’instar du grand Larry David dans « Curb Your Enthusiasm » (« Larry et son nombril » en Vf), la vie de « Louie » ne cherche pas à plaire au plus grand nombre, mais tend à prouver que la normalité est en train de se faire une place de choix dans le cœur des téléspectateurs et des décideurs de studios : « Girls » de Lena Dunham cartonne loin des fastes et du bling-bling de « Sex & the City », Apatow a imposé ses « freaks and geeks » partout et grâce à tous ces gens ,loin des super-héros, des médecins et des flics ultra doués, on va enfin pouvoir commencer à s’accepter un peu plus. Et c’est déjà énorme ! En attendant son apparition dans les prochains Woody Allen (Blue Jasmine) et David O Russell (American Hustle), après lesquels plus personne ne pourra ignorer l’existence de ce mec profondément normal !

louisck110523_250

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s