BIO-DEGRADABLE: GUY ROUX

Que faire dans les années 60 avec un physique ingrat et une santé fragile dans une région où même les allemands n’osèrent pas taquiner l’ étoile jaune, par peur de s’ y embourber pendant des années ? Le jeune Guy apprendra l’austérité et la rigueur bourguignonne dans les jupes de Mr le Curé, en compagnie d’autres jeunes en soutanes, bien occupés à piétiner le raisin et à polir des cierges pour le restant de leurs vies monacales. Du jour où un ballon atterrit dans leur morne plaine acnéïque et qu’ils eurent l’occasion de taper dans autre chose que dans les ouvriers polonais de l’usine voisine, leur vie changea un tantinet !

Le jeune Guy serait éducateur et vouerait sa vie au développement footballistique de sa gentille bourgade rougie par les hivers fripons et le Chablis local ! On coupa les arbres au milieu du stade, on récupéra quelques sacs à patates pour les shorts et du papier mâché pour les chaussures et l’AJA naquît, prête à en découdre avec les plus rudes défenses moustachues des années 70. L’aura de l’homme au bonnet connaitra sa première apogée en ce jours funeste de 79 où un enculé nantais mis sournoisement 3 buts en finale de Coupe De France à une équipe testiculairement défigurée par des shorts trop petits ! De cet échec viendra la grandeur, et notre Abbé Pierre en bonnet portera haut les couleurs du club jusqu’à une inoubliable humiliation lyonnaise 7 à 0 et un doublé coupe-championnat qui étonnera même les plus ardents des 49 supporters du club ! Depuis, l’homme à la pupille Cristalline arrose ses six troënes et prend soin de son jardinet bien garni…sans perdre pour autant un sens de l’humour chafouin qui le poussera à précipiter le Rc Lens en L2 avant qu’une poignée de Chtis n’envahissent les écrans avec leurs écharpes sang et or et leurs doigts gras.

Notre homme goûte aujourd’hui une retraite méritée au frais de l’abonné Canal +, mais comment ne pas voir en lui ce messie, ce génie, que dis-je ce saint homme qu’il aura toujours été ? Les pieds dans des sacs poubelles et le cœur dans des filets reprisés, il en aura fallu du talent pour amener des générations de polonais analphabètes, de voleurs de mobylettes béninois , des Eric Cantona et autres enfants de chœur à faire d’une équipe de cheminots l’un des plus beaux fleurons du football français régional… en écoutant les conseils des Gérard Depardieu et Bourgoin, grands éleveurs de poulets et spécialistes en dindes ycaunaises  !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s